Obama dit que Trump est « inapte » à la présidence et considère le Bureau Ovale « comme une émission de télé-réalité » (vidéo)

Banniere CBG

Dans ce qui était clairement une exhortation méticuleusement planifiée de l’un des plus célèbres rédacteurs de discours de la présidence, l’ancien président Barack Obama – après avoir passé les 3,5 dernières années à « respecter le principe » de ne pas attaquer son successeur par son nom (bien qu’il ait laissé un fil d’Ariane d’aspersions pas si évidentes dénonçant Trump comme corrompu) – a lancé des attaques contre Trump mercredi soir pendant la troisième nuit de la Convention nationale démocrate aux heures de grande écoute.

 

Obama a qualifié son successeur d’ »inapte » à la fonction qu’il occupe, et de menace directe pour le pays et ses principes fondateurs, tout en rejetant les partisans de Trump comme des Américains qui ne se soucient pas vraiment de préserver les principes démocrates américains.

Si M. Obama ne s’attendait pas à ce que M. Trump partage ses opinions ou préserve sa politique, il a déclaré qu’il avait espéré que M. Trump trouve « un certain respect » pour le poste qu’il occupe. Mais au cours des quatre dernières années, M. Trump n’a montré « aucun intérêt à se mettre au travail », n’a rien fait pour trouver un terrain d’entente avec ses détracteurs, ni utilisé « le pouvoir impressionnant de sa fonction pour aider qui que ce soit d’autre que lui et ses amis ».

Il n’a « aucun intérêt à traiter la présidence comme autre chose qu’une autre émission de télé-réalité qu’il peut utiliser pour obtenir l’attention qu’il désire », a ajouté M. Obama. « Donald Trump n’a pas grandi pour ce poste, parce qu’il ne peut pas. Et les conséquences de cela sont graves ».

D’autre part, Joe Biden et Kamala Harris « se soucient réellement de chaque Américain, et ils se soucient profondément de cette démocratie », a déclaré M. Obama, renforçant la réputation et offrant son sceau d’approbation personnel à son ancien vice président, au sujet de laquelle il nourrissait « de graves inquiétudes » jusqu’à récemment.

Bien sûr, Obama se bat pour plus que simplement s’assurer que « mon ami Joe Biden » puisse diriger le pays. Il se bat pour la restauration, et la préservation, de son héritage. Pour Obama et Biden, l’élection est l’occasion de revenir sur la décision de Trump de démanteler des dizaines de politiques sur l’immigration, le changement climatique et les soins de santé promulguées sous l’administration Obama.

« Pendant huit ans, Joe a été le dernier à être présent dans la salle chaque fois que j’ai dû prendre une décision importante. Il a fait de moi un meilleur président – et il a le caractère et l’expérience nécessaires pour faire de nous un meilleur pays », a poursuivi Obama en faisant l’éloge de Biden.

Et juste au cas où les mots d’Obama ne suffiraient pas à faire passer le message, le discours a été filmé à Philadelphie et prononcé depuis le Musée de la Révolution américaine, dans la ville où la Constitution américaine a été rédigée, et comporte encore de nombreux monuments de la démocratie américaine.

Bien sûr, Obama n’était pas le seul orateur de la nuit dernière, et « Night Three » a inclus plusieurs autres temps forts, de Kamala Harris acceptant la nomination à Hillary Clinton souhaitant que « Donald Trump sache comment être président » (contrairement à Clinton, qui sait mieux que quiconque dans le pays, vous vous souvenez ?)

Harris a déclaré dans son discours, alors qu’elle acceptait officiellement la nomination à la vice-présidence (devenant ainsi la troisième femme, et la première femme noire, à être la tête ou la co-tête d’affiche d’un grand parti américain), que l’Américain « réclame à grands cris le leadership ».

GOM/ Zero Hedge

Réagir