Trump nomme la juge Amy Coney Barrett pour la Cour suprême

Banniere CBG

Selon des sources ayant divulgué leurs informations au New York Times, les candidats probables de Trump pour remplacer le RBG à la Cour suprême des États-Unis – la juge Amy Coney Barrett du 7e circuit, la juge Barbara Lagoa du 11e circuit et la juge Allison Jones Rushing du 4e circuit – ont été réduits à la juge Amy Coney Barrett :

« Le président Trump a choisi la juge Amy Coney Barrett, la candidate favorite des conservateurs, pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg et tentera de forcer la confirmation du Sénat avant les élections, dans une démarche qui modifierait considérablement la composition idéologique de la Cour suprême depuis des années. 

M. Trump prévoit d’annoncer samedi qu’elle est son choix, selon des personnes proches du processus qui ont demandé à ne pas être identifiées en divulguant la décision à l’avance. Le président a rencontré la juge Barrett à la Maison Blanche cette semaine et en est ressorti impressionné par un juriste dont les principaux conservateurs lui ont dit qu’il s’agirait d’une femme Antonin Scalia, en référence au juge qui est mort en 2016 et pour lequel la juge Barrett était greffier. » 

Barrett est la plus redoutée des libéraux, dont certains admettent qu’elle a un esprit juridique de premier ordre“.

Beaucoup ont mis l’accent sur le catholicisme fervent de la juge Barrett – et donc sur le débat sur l’avortement

“Elle est la combinaison parfaite d’une brillante juriste et d’une femme qui apporte à la cour un argument qui est potentiellement contraire aux vues des femmes juges en exercice”, a déclaré Marjorie Dannenfelser, la présidente de la Susan B. Anthony List, un groupe politique anti-avortement, qui a fait l’éloge de toute la liste de candidats sélectionnés par M. Trump.

En outre, comme le NYT l’a noté plus tôt dans la semaine, les groupes libéraux ont tiré la sonnette d’alarme sur la juge Barrett depuis deux ans en raison des inquiétudes sur la façon dont elle pourrait statuer sur l’avortement et la loi sur les soins abordables.

“Amy Coney Barrett répond aux deux principaux tests de Donald Trump : Elle a clairement indiqué qu’elle invaliderait l’A.C.A. et retirerait les soins de santé à des millions de personnes et saperait la liberté de reproduction des femmes“, a déclaré Nan Aron, présidente de l’Alliance pour la justice, un groupe libéral.

Dans un article d’une revue juridique en 2017 rédigé avant qu’elle ne rejoigne la cour d’appel, la juge Barrett a critiqué l’opinion du justice (juge de la Cour Suprême) en chef John G. Roberts Jr. de 2012 soutenant une disposition centrale de la loi sur les soins abordables, disant qu’il avait trahi les commandements du textualisme. “Le justice en chef Roberts a fait passer l’Affordable Care Act au-delà de son sens plausible pour sauver la loi”, a-t-elle écrit.

La Cour entendra à nouveau les arguments sur le sort de la loi en novembre, et l’article de la juge Barrett suggère qu’elle accordera une audience favorable à ses opposants.

Cependant, dans l’une de ses opinions les plus révélatrices, Barrett a adopté une vision large du deuxième amendement – en désaccord avec deux collègues qui ont été nommés par le président Ronald Reagan.

Dans le monde des juges conservateurs, elle a des références particulièrement solides. La juge Barrett a commencé à travailler comme greffière pour le juge Antonin Scalia il y a 22 ans, et ses collègues greffiers s’empressent de dire qu’elle était sa préférée. Elle a obtenu son diplôme avec mention très bien à la faculté de droit de Notre Dame et a rejoint la faculté en 2002, ce qui lui a valu les éloges de ses collègues en tant qu’universitaire et juriste astucieuse, même s’ils n’étaient pas toujours d’accord sur ses prémisses jurisprudentielles.

Mais, pour rappel, Alan Dershowitz note que lorsque la juge Barrett s’est présenté devant la commission sénatoriale sur le pouvoir judiciaire pour sa nomination à la Cour d’appel du septième circuit, la sénatrice Diane Feinstein a suscité une grande controverse lorsqu’elle a dit à Barrett

“Le dogme est bien vivant en vous.”

C’était une référence à la foi catholique profonde de Barrett. En vertu de notre Constitution, la déclaration du sénateur Feinstein a franchi la ligne. Notre Constitution a été la première de l’histoire à prévoir qu’”aucun test religieux ne sera jamais exigé comme qualification pour un poste ou une charge publique aux États-Unis”.

Bien que Feinstein n’ait pas explicitement imposé un test religieux, elle a suggéré que les opinions religieuses personnelles – qu’elle a qualifié de dogme – pouvaient disqualifier un candidat de la confirmation.

Cela serait clairement inconstitutionnel.

Mais encore une fois… quand est-ce que le fait de poursuivre quoi que ce soit qui soit éthiquement ou légalement contesté a empêché la série actuelle de leaders du Parti Démocrate de poursuivre leur tâche de “Jamais-Trump” et “Jamais-anyone-Trump-wants”.

Cependant, dans ce cas, à moins d’un désastre imprévu, il semble que les démocrates ne puissent pas faire grand-chose – malgré les menaces – pour retarder un vote de Barrett, consolidant ainsi un changement de cap à droite pour la Cour Suprême pendant une génération.

Source: Zero Hedge

Réagir