La Russie étend son influence énergétique en Afrique

Banniere CBG

En 2019, l’homme politique écossais Michael Ancram, marquis de Lothian, a demandé au Foreign & Commonwealth Office (FCO) les informations qu’il détenait sur les plans d’installation des bases militaires russes en Afrique, notamment au Zimbabwe. On craignait que l’influence de Moscou n’entre en collision avec celle de Londres. 

Un autre acteur majeur en Afrique, Paris, s’est alarmé en 2018 lorsque les consultants russes en sécurité Wagner et le GRU ont commencé à apparaître dans les cercles politiques de pays tels que la République centrafricaine, l’Érythrée, la République démocratique du Congo, le Soudan et la Libye aux côtés des troupes de Khalifa Haftar.

En Libye, les forces de sécurité russes auraient subi de lourdes pertes dans la bataille de Tripoli.

L’expertise en matière de sécurité comme outil diplomatique

Une partie de l’engagement de la Russie en Afrique est militaire.

L’armée russe et les entrepreneurs militaires privés russes liés au Kremlin ont étendu leur empreinte militaire globale en Afrique, en cherchant à obtenir des droits de base dans une demi-douzaine de pays et en concluant des accords de coopération militaire avec 28 gouvernements africains, selon une analyse de l’Institut pour l’étude de la guerre. Les responsables américains estiment qu’environ 400 mercenaires russes opérant en République centrafricaine (RCA), et Moscou ont récemment livré du matériel militaire pour soutenir les opérations anti-insurrectionnelles dans le nord du Mozambique. La Russie est le plus grand exportateur d’armes vers l’Afrique, représentant 39 % des transferts d’armes vers la région en 2013-2017.

L’influence de Moscou à Bamako ?

Le fait que l’ambassadeur russe au Mali, Igor Gromyko, ait été l’un des premiers fonctionnaires à être reçu par la junte n’est donc pas surprenant. Une source médiatique locale, aBamako.com, rapporte que les chefs militaires du coup d’État venaient de passer un an à s’entraîner en Russie. Bien que ce genre d’activité ne soit pas extraordinaire, avec des pays comme les États-Unis qui entraînent les armées de plus de 20 pays africains et forment leurs chefs militaires, cela indique que la Russie considère que sa présence sécuritaire en Afrique est nécessaire. Le coup d’État est un coup dur pour la diplomatie française, car Paris avait fortement investi dans la sécurité du Mali par le biais d’une alliance étroite avec l’ancien président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita. Le mandat de Keita, qui a débuté en 2013 après qu’un coup d’État en 2012 ait évincé Amadou Toumani Touré, a coïncidé avec une mission française de maintien de la paix, et le Kremlin pourrait chercher à supplanter la France dans les pays d’Afrique de l’Ouest où Paris a une place forte et une influence. La Russie pourrait également tirer parti du coup d’État au Mali pour conclure des accords économiques tout en renforçant sa position géopolitique en Afrique de l’Ouest.

Selon le FPRI, le géant russe de l’énergie nucléaire Rosatom, qui est en concurrence directe avec son homologue français pour les contrats au Sahel, pourrait bénéficier de relations favorables avec les nouvelles autorités politiques du Mali. Nordgold, une compagnie aurifère russe qui a des investissements en Guinée et au Burkina Faso, pourrait également développer ses initiatives d’extraction dans les réserves d’or du Mali.

Toutefois, la professeure Irina Filatova, professeure de recherche à l’École supérieure d’économie de Moscou, spécialisée dans la politique étrangère russe, insiste sur la prudence à l’égard de l’ingérence russe dans la politique malienne :

“Il m’est difficile de juger de la fiabilité de ces informations car Moscou n’a rien dit à ce sujet”.

En effet, même si la Russie est un partenaire de longue date du Mali depuis l’indépendance de ce pays vis-à-vis de la France dans les années 1960, aucun accord diplomatique significatif n’a été conclu récemment, en dehors du commerce des armes. En outre, le changement d’alliance de la junte, qui est passée de la France à la Russie, pourrait également être lié à la méfiance à l’égard de ses alliés plus traditionnels, la France n’ayant pas réussi à stabiliser le Mali jusqu’à présent. Pour tirer davantage profit du coup d’État au Mali, la Russie s’est positionnée comme un partenaire de contre-insurrection pour les pays de la région.

Dans une interview du 9 septembre avec Sputnik, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire en Russie, Roger Gnango, a appelé à une coopération militaire accrue avec la Russie, en raison de l’instabilité résultant du coup d’État au Mali.

La prochaine étape de la politique africaine de Poutine

L’implication croissante de la Russie en Afrique s’explique également par son besoin vital d’établir de nouvelles routes commerciales et des alliances diplomatiques après les sanctions occidentales liées à la Crimée et imposées à Moscou en 2014. Selon le CIS, un groupe de réflexion américain, Moscou a récemment triplé ses échanges commerciaux avec l’Afrique, passant de 6,6 milliards de dollars en 2010 à 18,9 milliards de dollars en 2018. La Russie a également élargi ses forces économiques au-delà des ventes d’armes, en ajoutant des investissements dans le pétrole, le gaz et en renforçant l’énergie nucléaire à travers le continent, tout en important des produits extractifs, tels que les diamants en RCA, la bauxite en Guinée et le platine au Zimbabwe.

Sur le plan politique, la Russie s’est efforcée de nouer de nouvelles alliances et de se faire de nouveaux amis, à la fois pour redorer son image de puissance mondiale et pour réduire l’influence occidentale dans une région où le socialisme a souvent fait partie de la culture politique des dirigeants indépendantistes. Cette politique a déjà porté ses fruits, la Russie ayant persuadé en 2014 plus de la moitié des gouvernements africains de s’opposer ou de s’abstenir d’adopter une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies condamnant l’annexion de la Crimée. La Russie a signé des accords avec des organismes régionaux, tels que la Communauté de développement de l’Afrique australe, et a renforcé ses relations multilatérales avec les dirigeants africains par l’organisation de sommets russo-africains. Les responsables de la République centrafricaine ont résumé l’essentiel de ces nouvelles alliances : “Nous avons présenté notre problème et la Russie a proposé de nous aider.”

Déstabilisation de l’ordre traditionnel ?

La plupart des dirigeants africains ont pris en compte les avantages de s’aligner avec Moscou pour poursuivre des objectifs politiques, sécuritaires et économiques. Cela leur permet d’avoir une marge de manœuvre plus considérable contre les règles internationales, en jouant les États-Unis et la Russie les uns contre les autres ; si Washington insiste trop sur les questions de démocratie et de droits de l’homme, les nations africaines peuvent menacer d’accroître leurs relations avec Moscou et favoriser des relations commerciales plus centrées sur l’Est.

Cependant, l’influence de la Russie, qui s’appuie sur son expertise en matière de sécurité et sur l’utilisation du groupe d’entrepreneurs Wagner dans les conflits, présente un risque pour la stabilité de l’Afrique dans son ensemble. Moscou pourrait essayer de compter sur le renversement de gouvernements réticents pour faire avancer son programme diplomatique, ce qui pourrait avoir été le cas au Mali.

Source: Global Risk Insights

Réagir