Cette élection est pour nous jeunes de Guinée un référendum ( par Aly Badara Akila )

Banniere CBG

Sortir de la vie misérable ou périr. La jeunesse est en face de son destin. Qu’elle ne soit plus dupe cette fois-ci.

Cette élection présidentielle est pour elle un vrai référendum. Elle a donc intérêt à ne plus tomber dans l’instrumentalisation politique. Elle doit savoir miser sur une personne qui pourrait lui sortir de cette misère, de cette formation de bas niveau, de mal nutrition et de mauvaise gouvernance.

La jeunesse doit comprendre qu’elle est sur un chemin paradisiaque.
Qu’elle ne soit donc pas dupe pour ne pas voir ;

Qu’elle sache que si elle perd cette fois-ci sa voie, elle n’aura que le mal de voté pour un méchant qui ne pensera qu’à son intérêt mais qui ne lui sortira pas de cette morosité dans laquelle elle se trouve.

Chers jeunes, cette élection est pour nous un championnat. Nous devons choisir celui qui peut faire de nous une jeunesse mature, responsable et bien formée.

N’acceptons pas de tomber dans les mains d’un autre délinquant politique qui nous mettra à terre et qui nous rendra malheureux davantage. Nous sommes devant notre destin. A nous donc de sortir de cette vie misérable que nous avons tant accepté.

Nos grands-parents ont connu la période de la colonisation et vécu la vague des indépendances. Nos parents pour la plupart très jeunes qu’ils étaient ont vécu cette période charnière de notre histoire guinéenne, en plus d’avoir vu l’évolution des “partis uniques” vers le multipartisme qui ne s’est pas fait sans lutte bien sûr en Afrique.
De par notre passé des empires à l’esclavage, de l’esclavage à la colonisation, de la colonisation aux  indépendances et à l’instauration de la démocratie dans nos différents pays, particulièrement en Guinée, nous continuons à vivre nos jours sur terre dans les mêmes situations incertaines. Jusque-là, nous sommes à la croisée des chemins face à notre destin commun. 
Jeunesse de Guinée, il est temps de penser à notre avenir commun ! Qu’est-ce qu’on pourrait s’apporter les uns aux autres et comment pouvons-nous travailler tous ensemble pour arriver au bout des défis nombreux qui nous attendent. Les générations de nos parents et grands-parents ont beaucoup sacrifié pour que nous ayons l’éducation que nous avons, les connaissances que connaissances que nous avons. La culture, pour que nous devenions les hommes et les femmes que nous sommes aujourd’hui.
Nos jeunes frères et soeurs ou même nos nouveaux-nées ou jeunes enfants nous regardent…déjà et se demandent sur le genre du chemin que nous allons-nous leur ouvrir pourqu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs que nous, ne vivent pas dans un monde de nos couleurs ?
Je parle de cette génération dans laquelle je me retrouve parce que nous sommes assez particuliers. Le monde moderne a désormais peu de secrets pour nous, certains d’entre nous ont eu accès à une éducation d’élite, respecté dans le monde, d’autres savent créer, gérer des entreprises et du coup créer des emplois. certains sont ingénieurs, géologues , avocats, sociologues, mathématiciens médecins et j’en passe. Peut-être pas plus que les générations précédente, mais surtout pas moins , et au point ou nous en sommes, la force du nombre n’est pas à negliger. Seulement, nous avons eu des gens insoucieux, irrespectueux et qui s’en fichent de nous jeune.
Nous sommes face à notre destin et c’est le moment et le lieu pour nous de sortir dans cette vie de misère et de méconnaissance de ceux là qui nous gouvernent aujourd’hui chez nous. Cette élection présidentielle est notre histoire. Réfléchissons mieux pour ne pas aller mettre encore pour un autre fantôme qui ne pensera jamais a nous mes chers frères et soeurs. 
Cette élection présidentielle est pour nous jeune un referendum. Si nous la perdions, nous allons finir dans cette vie de galère, d’insouciance, de misère et de fastidieuse histoire qui nous rendra victime de nous même. 
Aly Badara Akila, journaliste panafricain !!! 
Réagir