Interdiction de la vente du carburant au marché noir : des diplômés sans emploi se déchaînent contre le ministre

Banniere CBG
Après l’interdiction de la vente du carburant au marché noir, les citoyens dans certains coins de Conakry, ont fait une montée de colère pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’irresponsabilité cette sortie du ministre de la sécurité, Albert Damantant Camara.
Face à cette situation, certains jeunes étudiants diplômés sans emploi qui ont ouvert les mains pour nous, se sont opposé et ont critiquer à vive allure cette communication du ministre de la sécurité. Rencontrer au carrefour de l’aéroport, le jeune Ousmane Camara diplômé sans emploi s’est opposé catégoriquement a cette décision du ministre et compte ne pas baisser les bras vu que dit-il, l’État est incapable d’employé les jeunes.
‹‹ le ministre même n’a rien compris. Il pense que nous allons être sous leurs pieds tous les temps ? Nous sommes en train de souffrir, on est en manque d’emploi, diplômé sans emploi, c’est pas lui qui va venir nous dire ça. Si on était employé à la fonction publique, cela n’allait pas être mis de notre côté et, en aucun cas je vais choisir cette vente. L’État là est mauvais, c’est pas bien et il est incapable d’employé sa jeunesse ››, indique ce jeune diplômé sans emploi.
Si Ousmane Camara fait un peu de cadeau, d’autres rencontrés au rond-point de Bambéto, qui ont préféré garder leur anonymat, ont demandé au teneur de cette décision si, c’est lui qui gère le château de leur poche.
‹‹ Albert Damantant est en perte de vitesse. Y’a pas d’assistance, il veut maintenant nous interdire la vente de l’essence. Qu’il aille dire a Alpha Condé, d’employer les gens a la fonction publique. Si on travaillait, on allait pas faire cette vente qu’il est en train d’interdire aujourd’hui. Ce gouvernement est sans projet, ils n’ont aucune considération pour la jeunesse guinéenne c’est pourquoi a chaque prise de parole, ils deviennent des haineux envers leur propre peuple. Nous n’allons pas interdire cette vente, sans emploi qu’est-ce que nous allons faire maintenant ? C’est méchant ››, se déchaîne ce citoyen.
Pour cet autre, il dit que : ‹‹ nous n’allons pas nous laisser faire. Ce ministre est sans projet. Alors que ses hommes tuent dans les quartiers, au lieu d’interdire ça il vient nous interdire notre gagne-pain. Il a perdu de repère, je ne pense pas s’il se gère bien. Il faut que l’État se ressaisisse et qu’il fait en sorte qu’il y ait de l’emploi des jeunes avant de prendre une telle décision ››, a dit cet autre citoyen.
Il faut noter que le ministre de la sécurité, compte aller jusqu’au bout pour mettre fin a cette pratique, même si d’autres jeunes se disent prêts à l’affronter de façon pacifique si toute fois, il exécute sa décision.
À suivre…
Abd Akila pour Oceanguinee.com
Réagir