22 Novembre 1970 – 22 Novembre 2020 : Soit 50 ans depuis l’agression portugaise en Guinée.

Banniere CBG

En novembre 1970, des troupes portugaises, assistées de dissidents guinéens, tentent de renverser le régime de Sékou Touré, de neutraliser les rebelles actifs en Guinée-Bissau et de libérer des prisonniers portugais détenus à Conakry. L’opération connait un succès mitigé qui isole davantage le Portugal sur la scène internationale.

En 1968, la guérilla en Guinée-Bissau avait lancé 147 attaques sur les forces portugaises et prit le contrôle des deux tiers de la colonie. Le Portugal devait maintenir 30 000 soldats pour la combattre.

Le général Antonio Spinola réussit au cours des deux années suivantes à regagner le terrain perdu, après une offensive fructueuse sur la frontière avec la Guinée et le Sénégal. Pour détruire les bases des rebelles en Guinée, le Portugal décide en 1970 de lancer une attaque amphibie contre la capitale, Conakry. Exécutée par quelques centaines d’hommes, dont des dissidents guinéens, «l’opération verte» doit permettre de prendre le contrôle de la mer et du ciel, de libérer les prisonniers de guerre portugais, ainsi que de détruire le quartiers général de la guérilla et, si possible, capturer son chef, Amilcar Cabral. De plus, la force d’intervention doit servir de fer de lance pour un mouvement visant à renverser le régime de Sékou Touré. Dans la nuit du 22 novembre, les troupes détruisent rapidement la maison d’été du président, mais sans capturer ce dernier. Ils font aussi sauter des armes et des véhicules et s’emparent du quartier général de la guérilla. Cabral, qui est alors en Europe, leur échappe. Ils échouent aussi à prendre l’aéroport et à détruire les avions MIG.

L’opération coûte la vie à quelque 500 Guinéens et à trois membres des commandos. Identifié comme le responsable de l’opération, le Portugal est condamné par le Conseil de sécurité comme une menace à la paix en Afrique. Cuba et l’Union Soviétique en profitent pour augmenter leur aide militaire à la Guinée et à la guérilla anti-portugaise. Le pouvoir de Sékou Touré, qui déclare la loi martiale et lance une vaste campagne de répression, sortira renforci de cette opération.

Alas Toure

Réagir