Budget d’investissement : Mama Kanny Diallo parle d’une enveloppe de 537,8 milliards GNF allouée aux infrastructures routières

Banniere CBG
Mama Kanny Diallo, ministre du plan et du développement économique, a présenté mardi, 08 décembre 2020, devant les députés de l’Assemblée nationale, sa politique pour l’année 2021 en termes du budget prévu pour l’investissement.
 
Selon la ministre, l’enveloppe du projet de ce budget d’investissement, s’élève à 8 mille milliards 799 millions GNF dont 2.628 mille milliards, soit 29,87 % en ressources intérieures et 6.171 mille milliards, soit 70,13% sur un financement extérieur.
Il s’agit selon elle, d’un budget qui connait ainsi une augmentation de 28,54 % par rapport à la loi des finances rectificative 2020, qui était de 6 mille milliards 845 millions GNF.
Cette augmentation rendue possible grâce en partie à l’apport des partenaires techniques et financiers dans le cadre de la lutte contre la COVID-19.
Les ressources intérieures sont affectées de la manière suivante :
1.221,9 mille milliards GNF, soit 46,50%, aux projets/programmes financés à 100% sur le BND ;
556,5 milliards GNF, soit 21,18%, pour les contreparties des projets sur financement extérieur ;
829,0 milliards, soit 31,54% en faveur des Budgets d’Affectation Spéciale (BAS) ;
20,6 milliards, soit 0,78% pour le Fonds de contrats de désendettement et de développement (C2D).
Les Budgets d’Affectation Spéciale concernent :
Le Fonds de Développement des Communes de Conakry (FODECOM), pour un montant de 426 milliards GNF destiné au développement de la zone spéciale de Conakry et de ses cinq communes ;
L’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC), avec une dotation de 352 milliards GNF, destinée au financement de plans annuels d’investissement des communes rurales et urbaines sur l’ensemble du pays ;
Le Registre Social Unifié (RSU), doté d’un montant de 51 milliards GNF, à l’effet de mettre en place un système d’enregistrement et de suivi des bénéficiaires de programmes d’aide sociale pour plus d’efficacité et d’efficience des programmes de lutte contre la pauvreté.
Deux autres actions importantes seront poursuivies en 2021 selon la ministre en charge du Plan. Il s’agit :
– Du programme de renforcement de la protection sociale des couches vulnérables par le biais de l’Agence Nationale d’Inclusion Économique et Sociale (ANIES), pour 40 milliards GNF ; et
– De la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Intérieures (MAMRI) pour 20 milliards GNF.
En termes de répartition sectorielle, le secteur de l’Administration générale, avec une dotation de 1.560,9 mille milliards, absorbe plus de la moitié du budget d’investissement sur ressources propres, soit 59,4 %, a fait savoir Hadja Mama Kanny Diallo.
Pour le secteur des infrastructures, elle annonce que l’enveloppe globale s’élève à 537,8 milliards GNF. Ce secteur est le mieux doté, dit-elle, après celui de l’Administration générale, soit 20,46% de l’enveloppe globale allouée aux dépenses d’investissements publics sur ressources intérieures.
L’essentiel des crédits de ce secteur sont destinés au sous-secteur des travaux publics, qui absorbe 85,5%.
Les projets prioritaires bénéficiaires de cette allocation sont les suivants :
– Le projet de réhabilitation des routes préfectorales et communautaires ;
– le projet de construction de la voirie urbaine de Lola et Beyla ;
– le projet de construction de la route Kankan-Kérouané ;
– le projet de réhabilitation de la voirie de Conakry ;
– le projet de construction de la voirie urbaine de Dalaba et Pita ;
– le projet de bitumage de la voirie de Kindia ;
– le projet de construction de la route PK 53 Kissidougou- Kondébadou ;
– le projet de construction de la route Boké-Québo ; et le projet de construction de la route Boké-Gaoual.
Abd Akila pour Oceanguinee.com
Réagir