Démission au BL : Mamadou Talibé Bah, vice-président du BL chargé des relations extérieures et de la Communication, jette l’éponge (lettre)

Banniere CBG

Lettre ouverte et de démission du parti, le bloc libéral (BL)

Le 16 Décembre, 2020
Mamadou Talibé Bah
Canal Winchester, Ohio/ USA
Tel : (1) 614 556 0342
Ex Vice-président chargé des
Relations extérieures et de la Communication.

A Docteur Faya Lansana Millimouno
Président du Bloc Liberal
Objet: Lettre ouverte et de démission.
Monsieur le Président,

Ayant participé à la création du Bloc Libéral et à l’exécution de ses activités depuis 2012, j’observe avec regret le manque de leadership et les violations des valeurs d’éthique et d’intégrité au sommet du parti que j’ai eu le plaisir de servir avec une conviction et une loyauté peu égalable que ce soit dans le domaine du travail, de contribution matériel ou financière. Mes fonctions de responsabilités ont été accomplies avec brio et ce dans une humilité remarquable reconnue par mes collaborateurs.

C’était avec plaisir que j’avais accepté de participer aux travaux de la commission de réflexion pour finaliser les documents du parti jusqu’à trouver le nom du parti (Bloc Liberal, BL). C’était également sans condition que j’avais accepté la première responsabilité que vous m’aviez confié, celle du porte-parole du parti au mois de Septembre 2012.

Le premier congrès de Juillet 2015 fut celui qui a permis de me confier l’un des plus hauts postes de responsabilités du parti par les congressistes d’alors, celui du vice-président chargé des relations extérieures et de la communication. Un poste que j’ai continué à assumer jusqu’à ce jour 16 Décembre 2020.

En plus de ces postes de responsabilités, j’ai participé également à l’installation et à la redynamisation des structures du parti tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur notamment en Basse Côte, en Moyenne Guinée, aux Etats Unis, en France, en Belgique, en Suisse, en Côte d’Ivoire, au Sénégal…

J’ai été honoré de représenter le Bloc Libéral dans plusieurs luttes démocratiques en cours dans notre pays pour améliorer le niveau de vie de mes compatriotes guinéens et enclencher un réel développement. Ma participation au nom du BL à la mise en place de l’antenne du FNDC au Midwest des Etats Unis où je fis élu vice coordinateur de l’antenne et la mise en place d’une radio en ligne pour servir le FNDC en sont illustrateurs.

Pour rappel :
• Nous avions décidé unanimement de faire de la politique autrement où l’ethnie et/ou la région ne compte pas ;
• Nous avions décidé de mettre la Guinée devant et non l’individu;
• Nous avions décidé de promouvoir un pays avec un mode de gouvernance où nous aurions des Institutions fortes et non des hommes forts;
• Nous avions promis l’esprit de transparence, d’égalité et non de complaisance aux guinéens;

Monsieur le Président, aujourd’hui ces idées nobles, ces principes et valeurs n’existent plus au sein des instances du parti que vous avez l’honneur de diriger. Tout ce que vous dénoncez à l’extérieur est devenu monnaie courante au sein du Bloc Libéral, plus précisément au niveau du Bureau Exécutif qui est d’ailleurs, curieusement, la seule instance du parti qui fonctionne de nos jours, les trois Conseils parallèles du parti, le comité d’éthique et le comité de contrôle financier de l’article 26 du statut étant tous verrouillés. Ce dernier n’a jamais fonctionné. Depuis quatre ans mes plaintes sont couchées dans les tiroirs du comité d’éthique sans aucune considération, cela y compris mes plaintes de la mauvaise organisation du dernier congrès dont vous êtes l’artisan principal de l’échec.

Je me permets ici de donner une liste non exhaustive de décisions et d’actions que vous avez entreprises ces derniers temps et qui sont de nature à saper les valeurs de démocratie et de transparence que je défends.

• L’amateurisme avec lequel vous avez conduit le parti à un congrès bâclé malgré tous les avertissements de certains membres du Bureau Exécutif dont le seul but était de se débarrasser de collègues gênants, comme moi, afin qu’il n’y ait qu’une seule voix raisonnante dans le parti en violation flagrante des statuts et règlement intérieur du parti (voire l’article 11) stipulant que « La date retenue pour la convocation du Congrès National en session ordinaire et le projet d’ordre du jour doivent être communiqués au moins trois (3) mois à l’avance » alors que la date définitive n’a pu être conclue qu’à trois semaines contrairement à trois mois

• Le fait de vouloir protéger des responsables du Bureau Exécutif accusés de malversations financières en refusant de laisser le comité d’éthique diligenter une enquête pour situer les responsabilités afin d’éclairer la lanterne des uns et des autres. Au contraire, vous réduisez les nombreuses plaintes des responsables fédéraux à de simples “publications dans certaines plateformes du parti’’. Nous savons tous que « celui ou celle qui vole un œuf volera un bœuf ». Seule une investigation indépendante et sincère allait nous épargner des doutes. L’esprit de l’article 26 du statut et les articles 63, 65 et 66 du règlement intérieur du parti, est clair pour ce genre de violations.
• L’annulation unilatérale de décisions dument prises par le Bureau Exécutif sous le prétexte qu’elles ont été prises à votre insu. Votre opposition à l’intégration de Madame Mariam Diallo dans le Bureau Exécutif en est un parfait exemple. Que dire de la décision, jamais exécutée, du Bureau Exécutif de mettre une commission d’audit suite à des plaintes déposées par au moins deux responsables fédéraux sur des malversations financières concernant le dernier congrès.
• La reprise d’une partie du congrès sans que les causes de l’échec du précédent congrès ne soient identifiées et que des responsabilités ne soient situées.
• Votre refus d’engager le dialogue au sein du parti pour résoudre les différends qui opposent les parties protagonistes alors que, à l’extérieur, vous continuez de prôner l’esprit de dialogue entre la mouvance et l’opposition.
• Votre ingérence dans la gestion du congrès en voulant imposer un de vos proches au poste de premier vice-président (les membres de la commission électorale en sont témoins) et un autre candidat illégal (votre ami de longue date) ne se trouvant même pas sur la liste des congressistes au poste de vice-président chargé de la formation et de la communication a plongé le parti dans un élan incertain. Tout ceci dénote un manque de leadership de votre part et un dérapage qui vous éloigne des valeurs d’éthique et de transparence que le Bloc Libéral défend.
• Votre indifférence aux injures et attaques incessantes de certains membres lors des réunions du Bureau Exécutif à l’égard de tout autre membre du bureau ayant une idée différente ou opposée aux vôtres n’auront fait que exacerber la crise.
• Une violation permanente de l’article 15 de nos textes en ce qui concerne « changement de résidence et vacance de poste ».
• la rétention d’information et les décisions unilatérales sont devenues un système de gouvernance dans le parti. Vos nombreuses rencontres avec le président de la république que nous avons toujours apprises par la presse et votre présence à la cérémonie « d’investiture » d’Alpha Condé en sont une illustration. Ce qui d’ailleurs nous a mis en position de faiblesse et d’humiliation face aux interrogations de l’opinion.

J’aurais pu me limiter là. Mais le harcèlement que subissent des responsables du parti ayant pris part à la conférence de presse organisée récemment sur le dysfonctionnement interne du parti me fait dire que vous n’avez plus de limite dans votre allure antidémocratique. La sévérité des sanctions (six mois de suspension) contre des responsables du parti qui n’ont jamais été écouté par une commission pour avoir leur version et qui ont servi le parti pendant près d’une décennie, dont le seul tort aura été d’user de leur liberté d’expression, est une manière de les pousser dehors à la veille d’un congrès que vous voulez à votre guise. J’ai senti une haine très poussée envers ces personnes. Qui sera le prochain à subir ces genres de dictat et d’humiliation ?
Seules les personnes au fait de vos manigances ont la réponse à cette question. Et le respect strict des textes du parti dans ses articles 20, 65, 66 et 68 nous mettrait complètement à l’abri de cet autre amateurisme nourris d’une haine inexplicable.

Ne me sentant plus dans l’esprit du combat que nous avions entrepris en 2012, puis en Février 2013 quand nous avons obtenu l’agrément du Bloc Liberal, je rends ma démission du poste de vice-président chargé des relations extérieures et de la communication; et celle de membre du parti.
Je pars du Bloc Liberal avec beaucoup d’amertumes et de déception, car le rêve était noble et les ambitions grandes au départ de cette aventure.
Mes soucis restent et demeurent au plus profond de moi. Comment le bon Dieu pourrait aider mes compatriotes guinéens à trouver des leaders sincères, cohérents, honnêtes, dignes de convictions qui privilégieront les intérêts du peuple de Guinée sans tenir en compte aucune considération d’appartenance ethnique et/ou régionale?

​Sur ce, je vous souhaite succès ainsi que le parti BL.

Notes : La plupart de ces dénonciations énoncées ici sont déjà dans mes plaintes au niveau du comité d’éthique.

Mamadou Talibé Bah
Ex V/P chargé des relations extérieures et de la Communication.
Baliyabhe@yahoo.com
Tel : (1) 614 556 0342
Le 16 Décembre 2020

Réagir