Me. Traoré se révolte : ‹‹ c’est une chimère quand on parle de l’indépendance de la justice concernant certains dossiers

Banniere CBG
L’irrespect des droits de l’homme en Guinée devient une situation extravagante ! Comme il s’agit des conditions de détention en prison, des dénonciations commencent à surgir de force après la mort d’une troisième personne, détenue politique en prison.
Intervenant chez nos confrères d’espace fm, dans l’émission des grandes ‹‹ gueules ›› Me. Mohamed Traoré, cet avocat qui a préféré les bonnes marches du droit en Guinée a affirmé que quand il s’agit des détenus VIP, les conditions sont réunies dit-il, ‹‹ ce qui n’est pas le cas pour les autres ››.
« C’est bien vrai que le mandat de dépôt peut-être renouvelé. Mais ce qu’il faut dire avant qu’on ne passe au mandat de dépôt lorsque les conditions de détention provisoire ne sont pas réunies. Les juges d’instruction doivent s’abstenir d’envoyer en prison des citoyens contre lesquels des procédures sont ouvertes. Il faut bien qu’on s’entende sur la notion de conditions de détention acceptables. Lorsqu’il s’agit de détenu célèbre comme Ousmane Gaoual Diallo, il y a bien sûr leurs familles qui assurent leurs nourritures et autres. Mais, rendez-vous à la maison centrale vous-mêmes, parfois vous êtes obligés de mettre la main dans la poche pour donner 5.000, 10.000 ou 15.000 GNF à certains détenus. Lorsqu’on parle de conditions acceptables, je pense qu’on ne voit que ces détenus entre guillemets VIP qui ne sont pas ces petits voleurs de téléphones qui sont dans les cales, qu’on appelle parfois même des squelettes », dit-il avec toute sa colère.
En faisant allusion au décès de son client, feu Roger Bamba, il rassure que ce cas est une illustration parfaite si besoin dit-il en était encore que la justice n’est pas indépendante comme l’estiment d’autres.
« … Ce que je déplore de plus, c’est la banalité avec laquelle on envoie les gens en détention. Il y a des cas qui ne méritent vraiment pas un placement en détention provisoire. Dans un dossier comme celui de Roger Bamba, quoi qu’on dise la justice n’a pas tout à fait son indépendance.
Disons le clairement, c’est une chimère quand on parle d’indépendance de la justice concernant certains dossiers. Les gens ne vont pas le reconnaître, mais c’est une réalité. Nous avocats qui évoluons sur le terrain, savons ce qui se passe. Les juges n’ont pas souvent les mains libres lorsqu’ils s’agit de ce genre de dossiers », arrive à conclure l’avocat Me. Traoré.

Abd Akila pour Oceanguinee.com
Réagir