Droits de l’homme en Guinée : plusieurs OSC s’engagent à observer l’exécution des recommandations de l’EPU

Banniere CBG

Pour la première fois en Guinée, un groupe d’une vingtaine d’organisations de la société civile guinéenne s’organise pour le suivi des recommandations pays émises par le Conseil des droits de l’homme lors du troisième examen périodique universel (EPU) auquel la Guinée s’est soumise en Janvier 2020.

Alors que la situation des droits humains en Guinée se détériore, les organisations de la société civile continuent d’utiliser, les mécanismes régionaux et internationaux tels que l’EPU (Examen Périodique Universel) du Conseil des droits de l’homme, dont le rôle est de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme partout dans le monde et de faire des recommandations concernant les violations des droits de l’homme, y compris les violations massives et systématiques, et ce afin d’interpeller les autorités sur leurs engagements en matière de respect des droits humains et de les accompagner dans la tenue de ces engagements.

C’est ainsi qu’elles valideront ce jour leur plan d’action stratégique pour le suivi de la mise en œuvre des recommandations EPU en Guinée pour les 4 prochaines années. Parmi les 213 recommandations émises par le Conseil des droits de l’homme, le plan stratégique priorise 30 recommandations autour desquelles nos organisations développeront des actions, notamment de plaidoyer, de vulgarisation et de sensibilisation auprès des autorités et des populations pour que la pratique des droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels, de la femme, des enfants et des personnes vulnérables soit une réalité pour tous les citoyens et toutes les citoyennes en Guinée.

Passage de la Guinée au troisième examen de l’EPUEn janvier 2020, lors de la 35ème session du Conseil des droits de l’homme, la délégation de la Guinée conduite par S.E.M. Mamadou Lamine FOFANA, Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux et S.E.M. Mamadou Taran DIALLO, Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale, a soumis le rapport pays de la République de Guinée au titre du 3ème cycle de l’EPU. Suite à son examen, ce sont 213 recommandations faites à la Guinée qui ont été adoptées par le Groupe de travail sur l’EPU.

Par la suite, le rapport final de l’EPU de la Guinée a été adopté en septembre 2020, lors de la 45ème session du Conseil des droits de l’homme. A cette occasion, la Guinée a accepté 203 recommandations et pris note de 10 autres qu’elle ne s’est pas engagée à suivre d’ici le prochain passage à l’EPU dans 5 ans. Le rapport a néanmoins été validé par le Conseil des droits de l’homme.

Travaux des organisations guinéennes de défense des droits humains

Dans le cadre de ce troisième passage à l’EPU, nos organisations de défense des droits humains ont mené plusieurs activités coordonnées afin d’accompagner le processus. C’est ainsi qu’appuyées par l’organisation UPR Info basée à Genève et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, nous avons élaboré et soumis un rapport alternatif auprès du Conseil des droits de l’homme. Nous avons pu y présenter notre lecture de la situation des droits humains en Guinée, (ainsi que des recommandations pour l’améliorer).

Par ailleurs, il faut noter que lors du passage de la Guinée pour l’adoption du rapport en septembre

2020, plusieurs organisations ont publié des rapports sur la situation des droits humains, et le groupe a envoyé une déclaration orale pré-enregistrée grâce à l’appui du Service International pour les droits de l’homme (SIDH) à travers son accréditation au statut ECOSOC. Cette déclaration a été l’occasion de demander à la Guinée qu’elle « continue de travailler en étroite collaboration avec la société civile pour faire avancer le processus vers l’adoption d’une loi nationale de promotion et protection des défenseurs ».

Finalement, avec l’appui technique et financier d’UPR Info Genève, nos organisations de défense des droits humains ont mis en place des groupes de travail thématiques (justice, droits civils et politiques, droits économiques, sociaux et culturels, droits des femmes, droits des enfants et droits des personnes vulnérables) pour classifier et prioriser les recommandations émises lors du passage de la Guinée. Ce sont les résultats des travaux de ces groupes thématiques qui ont permis d’élaborer le plan d’action stratégique de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’EPU pour les 4 prochaines années, que nous validerons ce jour.

 

(GROUPE OSC Guinéennes /MECANISMES DES DROITS HUMAINS)

Actions Mines – AFA – AIDEF – Amnesty International – AVIPA – CAFIDHE – CANEG – CCEJG – CECIDE – CJFLG – COLTE/CDE – CPDH – FSF –

GRADEL – MDT OADDE – OGDH – PEG – REGUIMAJEC – WAFRICA

Conakry, le 22 décembre 2020

Rapport national présenté le 24 janvier 2020 conformément au paragraphe 5 de l’annexe à la résolution 16/21 du Conseil des droits de l’homme.

Les 213 recommandations : https://undocs.org/fr/A/HRC/44/5

Pour plus d’informations, veuillez contacter la coordination du groupe par email :

aiguinee.osc@gmail.com ou par téléphone sur les numéros indiqués en bas de page.

Source : https://www.upr-info.org/fr/review/Guinea

Hassane Diallo

Réagir