Alteo, le numéro un mondial de l’alumine de spécialité racheté par une entreprise guinéenne

Banniere CBG

C’est un fait assez rare pour être souligné, une entreprise guinéenne va acquérir une entreprise française. Et pas n’importe laquelle, il s’agit d’Alteo, le numéro un mondial de l’alumine de spécialité.

Alteo, entreprise basée dans la région de Marseille, est en redressement judiciaire depuis un an, et le tribunal de commerce de cette ville vient de confier au groupe United Mining Supply (UMS) le dossier Alteo. UMS est dirigé par l’homme d’affaires guinéo-libanais Fadi Wazni, qui est aussi le président du Conseil d’administration de la Société minière de Boké, premier exportateur de bauxite en Guinée.

Continuité logique

Et de la bauxite à l’alumine, il n’y a qu’un pas, ou plutôt une étape de transformation. Pour Fadi Wazni, devenu sous le régime d’Alpha Condé le premier exportateur national de bauxite, grâce à la Société minière de Boké, il y a surtout une continuité logique et une quête de valeur ajoutée. Alteo qui pèse 230 millions d’euros de chiffre d’affaire, produit en effet de l’alumine de spécialité, une forme extrêmement pure, utilisée en micro-électronique, pour les écrans de smartphones, ou encore dans le secteur automobile.

Quête d’un repreneur

Endettée et en difficulté, l’entreprise Alteo était en quête d’un repreneur. Fadi Wazni va racheter une partie de la dette, on ignore encore le montant exact, et réorienter le processus de production. Plus question d’importer en France de la bauxite pure, mais seulement de l’alumine qui sera ensuite raffinée sur place. 98 emplois sur les 500 devraient disparaître au passage. L’avantage de cette réorientation sera d’arrêter les entreposages ou les rejets de résidus de bauxite considérés comme très polluants. Les écologistes français qui réclamaient la fin de la pollution ne triomphent pas pour autant. Pour eux, Fadi Wazni ne fait que déplacer le problème sur le sol africain.

Source : rfi.fr

Réagir