Justice : l’UFDG doit devoir attendre jusqu’au 4 mars pour la décision finale de l’ouverture de ses locaux

Banniere CBG

Depuis le mois d’octobre dernier, les locaux du principal parti de l’opposition Guinéenne, en l’occurrence l’UFDG sont fermés suite, à l’auto-proclamation, après la séance de la présidentielle du 18 octobre 2020 de son président et leader.
Comme déjà c’est un procès qui fera face au tribunal, les militants dudit parti doivent prendre leur mal en patience.

« il ne faut pas passer par mille chemins. L’UFDG ne peut pas obtenir l’ouverture de ses locaux. Parce que tout simplement, la procédure qui a été mise en place est une procédure de référé. Les avocats le savent. Quand la contestation est sérieuse, il faut saisir le juge de fond.  Cellou Dalein Diallo ne peut pas trouver solution aux problèmes des locaux », met en clair Me. Santiba Kouyaté de la partie civile.

Rappelant à l’ordre l’avocat de la partie civile, l’avocat du parti de Mamadou Cellou Dalein Diallo soutient qu’il y ait une preuve. Par ailleurs, il demande au juge de dire le droit dans cette affaire de fermeture des locaux de son client.

« Cette fois-ci on a clairement expliqué au juge de référé qu’il n’y a pas eu de preuve pour dire que sur la base d’une décision administrative ou d’une décision judiciaire ils sont allés fermer les bureaux et le siège de l’UFDG. Ils n’ont pas pu apporter la preuve contraire à ce que nous avons dit. Nous avons demandé au juge de tirer toutes les conséquences du droit en affirmant d’abord la décision déférée, et en statuant à nouveau ordonner en conséquence de l’ouverture purement et simplement du siège et des bureaux de l’UFDG. Nous avons l’espoir que le Juge de référé pourra aisément dire le droit et rien que le droit », a confié Me Alseny Aissata. 

Abd Akila pour Oceanguinee.com 

Réagir