L’Arabie saoudite “rejette totalement” le rapport sur le meurtre de Khashoggi, alors que les États-Unis tentent de réduire les ventes d’armes

Banniere CBG

Les choses vont enfin devenir plus intéressantes pour les relations américano-saoudiennes “incassables” qui durent depuis des décennies. Ou peut-être est-ce aussi la confirmation la plus claire à ce jour de qui est réellement en charge dans le royaume (on a longtemps supposé que, malgré le fait que le roi Salman soit toujours officiellement à la tête de l’Arabie Saoudite, son fils MbS en garde en réalité le contrôle total).

Bloomberg rapporte la réaction de Riyad au rapport de l’ODNI qui a été abandonné en début d’après-midi, en disant :

Le ministère saoudien des affaires étrangères déclare que le gouvernement du Royaume rejette complètement ce qui a été dit dans le rapport américain fourni au Congrès sur le crime de meurtre du citoyen Jamal Khashoggi.

Le Royaume d’Arabie Saoudite “rejette catégoriquement les conclusions abusives et incorrectes” de la déclaration officielle.

En attendant…

Et voici les mesures prises vendredi après-midi pour imposer des restrictions de voyage à 76 Saoudiens en raison de menaces de dissidents et de violations des droits de l’homme :

Vendredi après-midi, plus de deux ans après l’assassinat brutal du journaliste Jamal Khashoggi, perpétré en octobre 2018 au consulat saoudien d’Istanbul, le Bureau du directeur du renseignement national a enfin rendu public son rapport officiel sur son assassinat, qui se fonde essentiellement sur l’enquête antérieure de la CIA.

Comme on pouvait s’y attendre, ce rapport va directement au sommet : “Nous estimons que le prince héritier d’Arabie Saoudite, Muhammad bin Salman, a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi”, peut-on lire dans ce rapport de quatre pages, très peu censuré.

Nous estimons que le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed bin Salman a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi“, peut-on lire dans le rapport de quatre pages, très légèrement expurgé. Nous basons cette évaluation sur le contrôle du prince héritier sur la prise de décision dans le royaume depuis 2017, l’implication directe d’un conseiller clé et des membres du détachement de protection de Muhammad bin Salman dans l’opération, et le soutien du prince héritier pour utiliser des mesures violentes pour faire taire les dissidents à l’étranger, y compris Khashoggi”.

En outre, le rapport des services de renseignement américains indique que l’ensemble des services de sécurité qui ont perpétré l’assassinat sont étroitement liés à la Cour royale. Mais plus particulièrement, au moins sept d’entre eux faisaient partie de l’élite de la sécurité personnelle de MbS, ce qui les mettait en communication directe avec le prince héritier et le souverain de facto du royaume.

Les détails du rapport des services de renseignements :

L’équipe comprenait également sept membres du détachement de protection personnelle d’élite de Muhammad bin Salman, connu sous le nom de Force d’intervention rapide (FRI). La FRI – un sous-ensemble de la Garde royale saoudienne – existe pour défendre le prince héritier, ne répond qu’à lui, et avait directement participé aux précédentes opérations de répression des dissidents dans le royaume et à l’étranger sur ordre du prince héritier. Nous estimons que les membres de la FRI n’auraient pas participé à l’opération contre Khashoggi sans l’approbation de Muhammad bin Salman”.

Une ligne accablante dans ce qui précède souligne que les membres de l’équipe du RIF répondent “seulement à lui” et à aucun autre responsable de la sécurité du royaume ou de l’appareil de renseignement.

En outre, le rapport, dont la plupart des auteurs sont de la CIA, cite comme preuve leur connaissance des opérations précédemment planifiées visant à faire subir des violences à Khashoggi.

“Bien que les officiels saoudiens aient planifié à l’avance une opération non spécifiée contre Khashoggi, nous ne savons pas combien de temps à l’avance les officiels saoudiens ont décidé de lui nuire. – Nous sommes convaincus que les personnes suivantes y ont participé”, peut-on lire dans le rapport de l’ODNI qui vient d’être publié.

L’évaluation dresse ensuite la liste des responsables saoudiens et des membres de l’équipe impliquée, tandis que vendredi, l’administration américaine a annoncé de nouvelles sanctions contre au moins deux de ces individus. Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a annoncé, lors de la publication du rapport précédemment classifié, que plusieurs “options” sont envisagées pour punir l’Arabie saoudite, notamment la suspension des ventes d’armes – une mesure de plus en plus populaire auprès du public américain.

“Je pense que nous serons bientôt en mesure de parler des mesures à prendre pour promouvoir la responsabilité de ce crime horrible”, a déclaré Ned Price aux journalistes.

Aube Digitale

Réagir