L’Afrique et ses tensions électorales dans le contexte de COVID-19.

Banniere CBG

 

L’Afrique est à  la croisée des chemins dans sa volonté  de promouvoir  ses valeurs communes  et de faire de l’Union Africaine en 2063 un véritable  bouclier pour les souverainetés des États membres. Au titre des défis à relever, figure la question cruciale de la gouvernance  électorale sur notre continent pour la Paix, la Sécurité et le Pain.  Les processus électoraux de plus en plus non inclusifs, non équitables et non transparents constituent une source de préoccupations sur ce continent  qui se veut celui des Peuples. De l’Afrique Australe et Centrale en passant par les Grands Lacs et l’Afrique Occidentale, les conflits, anté et post électoraux ont causé deux fois plus de morts, de réfugiés, de prisonniers, d’exilés d’opinions et de dégâts matériels que le COVID-19 au cours des deux dernières années.

En ma qualité  d’Ancien Président de l’Union Africaine, je voudrais respectueusement demander à cette Institution dont le Leadership doit être renforcé, de proposer à  nos chefs d’Etat et de Gouvernement des réformes en vue d’une convergence de nos constitutions et processus électoraux pour servir  de normes et de références communes pour nos États. La montée des conflits électoraux et le COVID19 ainsi que leurs impacts deviennent de plus en plus  des défis à  relever  dans la marche de cette Afrique des Peuples vers l’émergence politique,  démocratique,  économique, sociale, sécuritaire et solidaire. Or cette émergence ne peut avoir lieu dans un contexte non démocratique et de violation répétées des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

 

Un état de veille permanent, un dialogue politique franc et le consensus des Forces Vives au sein de nos nations, y compris nos Sociétés Civiles, ne peuvent  que renforcer les acquis démocratiques et les progrès sociaux, économiques envisagés sur le continent au cours des 10 dernières années.

 

Le renforcement des  mécanismes et instruments juridiques tels que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs, la Cour Africaine des Droits  de l’Homme et des Peuples et ses différents protocoles additionnels ainsi que les normes internationales méritent d’être revisités en vue de cette réforme de convergence constitutionnelle et électorale contraignante pour mettre fin à la destruction de nos sociétés  communes pour cause de gouvernance électorale.

Président Dr Thomas Boni YAYI 
Ancien  Président du Bénin 
Ancien Président de l’Union Africaine
Réagir