Une mystérieuse maladie du cerveau se répand au Canada

Les symptômes peuvent être dévastateurs.

Banniere CBG

La province canadienne du Nouveau-Brunswick suit 48 cas d’une nouvelle maladie mystérieuse du cerveau qui laisse les neurobiologistes perplexes, rapporte la BBC.

Les patients, dont l’âge varie de 18 à 85 ans, ont commencé à éprouver divers symptômes, dont l’agressivité, l’anxiété, la dépression, des douleurs musculaires et des spasmes. Certains patients ont développé des insomnies, des troubles du langage, et même une perte de poids rapide et une atrophie musculaire.

Plusieurs patients ont même eu des hallucinations, notamment un “délire de Capgras” transitoire, un trouble psychiatrique dans lequel un patient commence à croire qu’un ami proche ou un membre de la famille a été remplacé par un imposteur.

Roger Ellis, un homme d’une soixantaine d’années né et élevé dans la péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick, la région où se sont produits un grand nombre des 48 cas, a ressenti plusieurs de ces symptômes.

“Il avait des délires, des hallucinations, une perte de poids, de l’agressivité, un discours répétitif”, a déclaré Steve, le fils d’Ellis, à la BBC. “À un moment donné, il ne pouvait même plus marcher. Donc en l’espace de trois mois, on nous amenait à l’hôpital pour nous dire qu’ils croyaient qu’il était en train de mourir – mais personne ne savait pourquoi.”

Au début, les médecins d’Ellis ont soupçonné qu’il s’agissait d’un cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), une maladie cérébrale dégénérative rare et mortelle. Mais les tests d’Ellis sont revenus négatifs, ainsi que d’innombrables autres tests.

“Notre première idée commune est qu’il y a un élément toxique acquis dans l’environnement de ce patient qui déclenche les changements dégénératifs”, a déclaré le médecin d’Ellis, Alier Marrero, au diffuseur britannique.

Les médecins n’excluent pas non plus un lien avec une exposition à une “excitotoxine” comme l’acide domoïque, qui a provoqué plusieurs intoxications alimentaires en 1987 dans la province voisine de l’Île-du-Prince-Édouard.

Mais il reste beaucoup plus de questions que de réponses.

“Nous devons revenir aux premiers principes, revenir à la case départ”, a déclaré à la BBC Neil Cashman, neurologue à l’université de Colombie-Britannique. “A ce stade, fondamentalement, rien ne peut être exclu”.

Source: Futurism

Réagir