Etats-Unis : Des milliers de condamnés libérés pendant la pandémie seront bientôt renvoyés en prison

Dans tous les États-Unis, des milliers d’anciens détenus ont été libérés (tout en sachant que leur liberté limitée ne serait probablement que temporaire) alors que le COVID déferlait sur les prisons américaines, déclenchant des émeutes et des troubles dans certains établissements pénitentiaires.

Il n’y a probablement aucun autre groupe en Amérique qui soit plus impatient de voir la variante Delta déclencher une nouvelle vague de paranoïa officielle. Comme ils ont été libérés par une disposition du Cares Act, le deuxième plan de relance adopté par le président Trump et le Congrès au printemps dernier, l’interprétation officielle de la loi par le Département de la Justice déterminera finalement quand (ou si) ils seront renvoyés en prison pour finir de purger leur peine.

Selon les directives laissées en place par l’administration Trump – directives qui sont toujours en vigueur – de nombreux détenus retourneront en prison lorsque la pandémie sera déclarée officiellement terminée.

Dans un article sur le dilemme auquel sont confrontés les prisonniers libérés, Bloomberg a cité en exemple un ancien agent du FBI qui purge une peine de 15 ans après avoir été condamné pour corruption.

La cafétéria du camp de prisonniers fédéraux de Fairton, dans le New Jersey, est rarement le lieu d’une grande fête. Mais un après-midi du printemps 2020, la pièce bourdonne. Une disposition du plan de lutte contre la pandémie adopté par le Congrès avait donné à certains détenus la possibilité de quitter la prison plus tôt et de purger leur peine en confinement à domicile.

Alors que des dizaines de prisonniers sont rassemblés dans la cafétéria, un responsable du Bureau des prisons lit à haute voix la liste des détenus qui se sont qualifiés pour le nouveau programme. Les noms ont été accueillis par des tapes dans le dos et des acclamations. Parmi eux se trouvait Robert Lustyik, un ancien agent du FBI qui était à peu près à la moitié de sa peine de 15 ans pour corruption. « C’était comme si j’avais gagné le trophée Heisman », raconte Lustyik.

Quelques semaines plus tard, Lustyik, 59 ans, est revenu vivre avec sa femme et ses deux enfants à Sleepy Hollow, N.Y., à côté du cimetière où Washington Irving est enterré. Au cours de l’année écoulée, il a créé une entreprise d’entraînement personnel dans son garage et s’est conformé à toutes les règles de l’assignation à résidence, portant un bracelet électronique et se présentant chaque jour aux autorités pénitentiaires.

Mais alors que la pandémie touche à sa fin, l’heure tourne pour Lustyik et des milliers d’autres prisonniers fédéraux libérés dans le cadre de la loi Cares.

L’ancien agent, qui vit actuellement chez lui avec sa femme et ses enfants, a eu le cœur brisé par le mémo du Département de la Justice et par la perspective de retourner en prison, potentiellement pour des années. Lorsqu’il a quitté son dernier camp à Fairton, un conseiller pénitentiaire lui a dit qu’il partait pour de bon. Et malgré la réputation des démocrates d’être anti-police et laxistes en matière de criminalité, l’administration Biden a jusqu’à présent refusé de changer cette politique, malgré le lobbying des principaux groupes de défense des prisons.

Et il n’est pas le seul : il y a des milliers de détenus condamnés pour des crimes non violents qui seront probablement renvoyés en prison d’ici la fin de l’année.

« L’attente est horrible », déclare Kevin Ring, président de Families Against Mandatory Minimums, un groupe de défense qui a combattu la politique du ministère de la Justice. « Certains sont rentrés chez eux et ont immédiatement trouvé un emploi et commencé à aller à l’école. D’autres se sont vraiment concentrés sur la reprise de contact avec leur famille et, dans de nombreux cas, ont aidé à prendre soin des familles. »

Au cours des derniers mois, le ministère de la Justice s’est montré très discret : « Ce problème ne se posera qu’une fois la pandémie terminée », a déclaré une porte-parole du ministère dans un communiqué.

Parmi les nombreuses préoccupations, ces anciens prisonniers craignent que leur renvoi ne mette à mal la bonne volonté qu’ils ont acquise auprès de leurs amis et de leur famille.

Cette position amène des personnes comme Brian Carr à se demander combien de temps durera leur liberté. Carr, 31 ans, a été condamné à une peine de sept ans fin 2015 après avoir plaidé coupable de trafic de drogue. Toute sa vie avait ressemblé à une série d’échecs accumulés, dit-il – jusqu’à ce qu’il apprenne l’année dernière qu’il pouvait sortir de prison. Lorsqu’il a appelé sa mère pour lui annoncer la nouvelle, ses mains tremblaient d’excitation. « Je ne pouvais même pas me souvenir de son numéro par cœur, alors que je le connais par cœur », dit-il.

Vivant aujourd’hui à Baltimore, Carr envisage de s’inscrire dans une école technique et de créer éventuellement une entreprise de logistique qui transporte des voitures vers des concessionnaires dans tout le pays. Un retour en prison mettrait tout cela en suspens. Il devra également trouver un moyen d’annoncer la nouvelle à ses jeunes enfants. « Cela va être difficile à expliquer », dit Carr. « Ils vont avoir l’impression que j’ai encore fait quelque chose de mal, alors que ce n’est pas le cas. »

Un problème potentiel est que beaucoup de ces prisonniers libérés ont trouvé un emploi. Et avec la pénurie de main-d’œuvre qui affecte actuellement l’économie américaine, leur incarcération pourrait laisser les employeurs dans l’embarras.

Pour certains des prisonniers libérés l’année dernière, il a fallu des mois pour s’habituer à vivre chez eux. En décembre dernier, Jackie Broussard a accueilli sa fille, Stephanie White, après sa libération dans le cadre de la loi Cares. « Elle ne voulait pas ouvrir une porte, ni un réfrigérateur, elle ne demandait rien, elle ne parlait pas vraiment », raconte Mme Broussard.

Depuis, Mme White, 32 ans, s’est lentement adaptée à sa nouvelle vie, obtenant un emploi de conducteur de chariot élévateur à fourche dans un entrepôt situé près du domicile de sa mère à Fort Worth, au Texas. Mais il lui reste deux ans et demi à purger sur sa peine pour une condamnation pour drogue. « Je serai terrifiée le jour où le gouvernement fédéral dira que la pandémie est terminée », dit Mme Broussard.

Pourtant, la plupart des experts s’accordent à dire que l’administration Biden ne reviendra probablement pas sur ces directives. Quelques chanceux pourraient bénéficier de la clémence du président ou des gouverneurs puisqu’ils ont déjà été officiellement jugés « à faible risque ».

« Le Département de la Justice et le Bureau des prisons les ont jugés à faible risque, et la plupart d’entre eux ont déjà passé un temps considérable en prison », explique Shon Hopwood, spécialiste de la justice pénale à l’université de Georgetown. « Je ne pense pas que quiconque – le Département de la Justice y compris, et même le Bureau des prisons – pense que, par principe, il est sage de renvoyer ces personnes. »

De nombreux prisonniers ont trouvé une échappatoire intéressante qui, selon eux, pourrait les aider à rester dehors plus longtemps : ils refusent de se faire vacciner contre le COVID. L’ancien agent du FBI est l’un de ces prisonniers : « Je suis prêt à sacrifier ma propre santé » pour rester hors de prison, a-t-il déclaré.

Source: Zero Hedge

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com