Suspension de magistrats par le garde des sceaux: “défendons notre honneur et notre dignité” Koundouno

Banniere CBG

Les Guinéens qui suivent l’actualité judiciaire ont appris, il y a quelques jours, que la Présidente du Tribunal de Première Instance de Dixinn, Madame Traoré Hadja
M’ballou Keita, a été suspendue pour faute lourde par le ministre de la Justice de alpha Condé . Une décision similaire concerne d’autres magistrats. Par arrêté
ministériel, leurs remplaçants ont déjà été désignés et ont pris fonction.

Pour mémoire, la Présidente du Tribunal de Première Instance de Dixinn figure parmi les magistrats que le FNDC avait désignés comme les bras judiciaires du 3ème mandat. En même temps qu’un certain nombre de magistrats qui ont fait preuve d’un zèle insoupçonnable dans le musèlement par voie judiciaire des militants anti 3ème mandat.

Il faut s’empresser d’ajouter qu’il ne s’agit pour l’instant que d’une mesure
conservatoire. Ce qui veut qu’il ne s’agit pas d’une sanction disciplinaire. Le ministre de la justice de Alpha Condé a l’obligation de saisir le Conseil supérieur de la magistrature, seul habilité à prononcer une telle sanction en cas de faute avérée des magistrats concernés. S’il ne saisit pas cet organe disciplinaire dans le délai d’un mois, la suspension tombe d’office.

Cette affaire est une leçon pour les magistrats. l’État n’a pas d’amis au sein de
l’appareil judiciaire. Il n’a que des hommes et femmes dont il sert pour régler ses
problèmes et défendre ses intérêts. Tant que le pouvoir a besoin d’un magistrat, il
l’utilise. Mais le jour où il n’aura plus besoin de lui, il le jette en l’humiliant même quelquefois.

Mais si le magistrat est conscient d’avoir fidèlement rempli sa mission et exercé sa
fonction dans le respect de la loi et de sa déontologie, il ne regrette absolument rien.

Dès lors, il vaut mieux défendre son honneur et sa dignité de magistrat que de
défendre à tout prix un poste. L’expérience a montré qu’un magistrat a beau défendre
son poste, quelqu’un d’autre occupera un jour ce poste et la justice continuera à
fonctionner sans lui. Le seul capital qu’il aura, c’est l’image que ses compatriotes
retiendront de lui en sa qualité de magistrat. Un magistrat peut être accroché à son poste, mais le jour qu’il mourra, c’est un autre magistrat qui le remplacera.

Alors, défendons notre honneur et notre dignité en toutes circonstances, Dieu
pourvoira au reste.

SEKOU KOUNDOUNO responsable des stratégies et planification du FNDC

Réagir