Transition en Guinée : Ousmane Gaoual charge le régime Condé et salut la démarche de la Cedeao

Invité de l’émission Mirador chez nos confrères de FIM fm, ce lundi 13 décembre 2021, Ousmane Gaoual,  porte-parole du gouvernement, est revenu non seulement sur la corruption et la mauvaise gestion des ressources financières sous le régimeCondé,  mais aussi sur les exigences de la Cédéao sur la junte à produire le calendrier de la transition Guinéenne.

Pour la voirie urbaine de Conakry, Ousmane Gaoual dira qu’il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien, sous l’ancien régime sous l’air Condé,  mais sans aucune trace à ce jour

Lisons le :

 » Il y a des gens qui ont fait de l’État ce qu’ils voulaient. Chaque fois que vous payez une facture publique, l’argent est distribuée quasi systématiquement entre beaucoup d’acteurs qui n’ont rien à voir dans le processus. J’ai entendu parler d’un enfant qui a à peine 2 ans qui avait bénéficié de plusieurs contrats. Aujourd’hui vous payez un kilomètre de route , peut-être la moitié de l’argent sera distribuée entre les acteurs Étatiques d’hier. Tous les contrats de l’État passés, il y a des bénéficiaires tiers qui ont justifié leur gonflement et décaissement souvent incroyables. Tous ceux qui collectent l’argent public en font quasiment des biens personnels. C’était gérer à la volonté de telle ou telle personne sans aucune autre forme d’utilisation (….) la situation économique qu’a héritée le CNRD est extrêmement compliquée, extrêmement difficile au regard des sommes décaissées. Rien que pour la voirie de Conakry, il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien. Quand le CNRD est arrivé, chacun de nous vivait les nids de poules partout à Conakry. C’est beaucoup d’entreprises guinéennes et étrangères qui sont associées à cela. Les activités étaient arrêtées avant même la prise de pouvoir, chacun vaquait à ses affaires , les routes se dégradaient alors que l’argent avait été décaissé et payé à ces entreprises. Le mécanisme qui était mis en place et qui est déplorable, le fonctionnaire fait un travail, il trouve un prestataire, il reçoit l’argent, il prélève de cet argent, il paye le fonctionnaire pour ne pas exécuter son travail. Donc, les gens sont payés pour couvrir les entreprises qui ne font pas leur travail », a-t-il laissé entendre aux micros de nos confrères.

S’agissait du maintien des sanctions par la Cedeao sur le pouvoir de Conakry, Gaoual  dira en terme simple :

 » Ne pas avoir de sanctions est une très bonne chose et il faut saluer. La deuxième chose, le fait qu’il n’y ait pas de calendrier, nous comprenons que cela suscite une inquiétude. La CEDEAO comprend la nécessité, par la pédagogie d’aller en incluant tous les acteurs pour éviter des calendriers pris sous le feu de la pression interne où externe qui ne tiennent pas la route. L’essentiel pour nous, c’est de donner un calendrier qu’on peut respecter ». 

Ousmane Gaoual a par ailleurs salué les démarches du président de la transition et de son premier ministre avant d’annoncer que les membres du CNT qui définirons le calendrier de la transition seront connus avant fin décembre.

 

Hassane

Réagir