L’un des hommes innocentés pour l’assassinat de Malcolm X demande réparation

Muhammad Aziz, photographié le 18 novembre à New York, le jour où la justice américaine l'a innocenté du meurtre de Malcolm X, pour lequel il a fait 20 ans de prison ©AFP

L’un des hommes récemment innocenté pour l’assassinat de Malcolm X en 1965 après plus de 20 ans de prison, réclame plusieurs dizaines de millions de dollars à l’Etat de New York et à la ville elle-même, pour réparer son préjudice, ont annoncé mardi ses avocats.

Muhammad Aziz, 83 ans, qui a toujours clamé son innocence, avait dû attendre le 18 novembre dernier pour que la cour suprême de l’Etat de New York le disculpe officiellement de l’assassinat de cette icône controversée de la cause afro-américaine, le procureur de Manhattan Cyrus Vance présentant alors ses « excuses » pour des « décennies d’injustice ».

Cette décision judiciaire historique concernait également l’un des deux autres condamnés en 1966, Khalil Islam, décédé en 2009.

Or, « pendant des décennies, y compris immédiatement après l’assassinat de Malcolm X, la police de New York (NYPD) et le FBI étaient en possession de preuves qui, non seulement prouvaient l’innocence de M. Aziz et de M. Islam, mais identifiaient également les véritables assassins de Malcolm X », assurent dans un communiqué leurs avocats David Shanies et Deborah Francois.

Ils rappellent notamment qu’en 1977, le troisième condamné, qui reconnaissait lui avoir tiré sur Malcolm X le 21 février 1965 dans une salle de Harlem, avait révélé l’identité de ses complices, disculpant une nouvelle fois Muhammad Aziz et Khalil Islam.

Dans une première assignation civile déposée devant un tribunal de l’Etat de New York, M. Aziz soutient qu’en raison de cette condamnation « injuste », il a passé « 20 ans dans plusieurs prisons de haute sécurité de l’Etat » de New York, à qui il réclame des dommages et intérêts pour « pas moins de 20 millions de dollars ».

Dans une procédure séparée, il prévient formellement la ville de New York, dont dépend le NYPD, de son intention de réclamer 40 millions de dollars notamment pour « détention illégale » et de « graves dommages émotionnels, psychologique et physiques », si aucun accord n’est trouvé.

« Ceux qui m’ont privé de ma liberté et ont privé ma famille d’un mari, d’un père et d’un grand-père doivent être tenus pour responsables », affirme Muhammad Aziz dans le communiqué de ses avocats.

Ces derniers précisent qu’ils préparent des actions similaires pour les héritiers de Khalil Islam.

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com