Titi Camara déçu du Syli : ‹‹ notre élimination n’est pas étonnante ››

Après la grosse débâcle du syli national au Cameroun, les réactions de certains anciens joueurs et responsables vont en bon train. Si les Guinéens sont déçus de cette tristesse, d’autres quant à eux distribuent les responsabilités, comme Titi Camara.

Joint au téléphone par nos confrères de la radio Fim fM, dans l’émission Mirador, Titi Camara très constant rassure que la défaite fait mal mais aucun signe dit-il, ne montrait que le Syli allait battre la Gambie.

Lisez :

« C’est une grosse déception pour le peuple et surtout pour les gens qui ont soutenu à cœur cette équipe. Vous savez notre élimination n’est pas étonnante vu les performances que le Syli a livrées à cette 33ème édition. Les observateurs avaient tiré la sonnette d’alarme en alertant l’opinion. C’est vrai que ça fait mal d’accepter cette élimination vu la physionomie du match qu’on a livrée hier. Mais quand il y a une défaite il faut voir l’avant et aussi pendant la compétition. Est-ce que cette équipe était prête à aller à la conquête de cette CAN, je dirai non. On a vu les prestations pendant les matchs amicaux. Même lors des tours éliminatoires, on a pensé que notre équipe était favorite devant le Malawi, mais ce n’était pas ça. Le Zimbabwe nous a aussi montré qu’on ne pouvait pas compter sur cette équipe. En gros, les trois premiers matchs du Syli n’étaient pas rassurants. Mais comme l’objectif c’était de se qualifier, sinon aucune prestation ne pouvait rassurer. L’échec d’une équipe est toujours attribué à l’ensemble. Vous savez quand le choix a porté sur Kaba Diawara, je n’ai rien contre lui mais je pense qu’il fallait une rupture. Mais malheureusement, les autorités ont voulu la stabilité et il a été reconduit. L’échec d’aujourd’hui ça incombe les joueurs mais le staff aussi. Quand on prend le bilan, il est catastrophique que ce soit offensivement ou défensivement. On n’a pas de grand joueurs aujourd’hui qui peuvent sauver l’équipe à des moments difficiles », a lancé Titi Camara. 

Aly Badara

Réagir