Détruire l’Europe pour détruire la Chine et la Russie ?

par Ben Fofana.

Depuis plusieurs années, les élites européistes mènent des politiques dont l’effet à court terme est de réduire le pouvoir d’achat des populations. À moyen et long termes, cela a provoqué une destruction de la classe moyenne européenne. Le phénomène a pris de l’ampleur avec l’entrée en service de l’euro qui a pour effet de détruire le tissu industriel, du moins a coïncidé avec la délocalisation massive des emplois industriels. Cela n’est pas sans rappeler la dékoulakisationune politique de destruction des petits fermiers par les bolcheviques après la révolution russe. Un tel acharnement des élites mondialistes sur leur propres populations, peut laisser songeur si on ignore les dessins qui sont viser : détruire les consommateurs de biens manufacturés chinois et ceux de l’énergie russe afin de stopper le développement économique de ces deux pays et les mettre à genou financièrement. Au passage, cela permettrait de reprendre la main sur le système politico-économique à travers la grande réinitialisation ou Great Reset.

Détruire l’Europe pour détruire la Chine

L’Europe est le marché d’avenir de la Chine qui a commencé un découplage forcé en urgence d’avec les États-Unis. Il y a plusieurs raisons à ce découplage. La première, c’est que le dollar est de plus en plus perçu comme une monnaie de singe par les élites chinoises. Si les énormes réserves permettaient d’acquérir la technologie occidentale, la Chine a quasiment rattrapé son retard technologique. Elle n’a plus besoin d’importer en masse la plupart des technologies qu’elle fabrique très bien localement. La seconde raison de ce découplage économique, c’est que la Chine ne voulant plus se cantonner dans le rôle d’atelier pour produits à bas prix, vise un public plus nanti. Or la situation de la classe moyenne américaine (si on peut encore parler de classe moyenne) est désastreuse. Les emplois sont précaires et le niveau d’endettement des ménages est intenable. Les USA ne sont plus un marché viable à long terme. La troisième raison, et qui a accéléré ce découplage des deux économies, c’est la guerre commerciale déclenchée par l’équipe Trump pour faire plier la Chine aux désirs des transnationales américaines. Pour réduire les vulnérabilités de leur économie, les dirigeants du parti communiste ont entrepris de se concentrer sur le marché européen, comptant cinq cent millions de consommateur et où le pouvoir d’achat est encore relativement élevé. Pour ce faire, ils ont développé le projet des routes de la soie : des corridors terrestres et maritimes constitués d’autoroutes, de chemins de fer et de ports pour d’une part contourner les voies contrôlées par l’US Navy, et d’autres part, raccourcir le temps de transit des marchandises de la Chine jusqu’en Europe1.

La Chine pour continuer à se développer a donc misé sur le marché européen de cinq cent millions de consommateurs avides de consommer (n’est-ce pas le propre du consommateur de consommer ? c’est là qu’entrent en jeu les mondialistes. Ayant échoué à faire plier la Chine devant leurs désidérata, ils ont décidé de plomber l’Europe économiquement. C’est la stratégie de l’attrition du marché c’est-à-dire réduire le nombre de personnes susceptibles d’acheter les produits chinois. En détruisant la classe moyenne européenne, ils détruisent par la même occasion le marché sur lequel compte l’empire du milieu pour continuer à se développer. Pour rappel, la Chine a su évité le piège du revenu intermédiaire autour de 5000 dollars US par habitant que les élites occidentales lui ont prédit puisque le PIB par habitant chinois se situait déjà autour de 16 000 dollars US par habitant en 20172.

Détruire l’Europe pour détruire la Russie

Pour saper l’économie européenne, les États-Unis s’y prennent de deux manières : brider les transnationales européennes et entraver leur essor voire les racheter pour empêcher l’émergence de géants non anglo-saxons et couper l’Europe d’une énergie bon marché, c’est-à-dire russe pour tuer ce qui lui reste d’industrie avec les emplois qui vont avec. Ces deux stratégies ont déjà été expliquées plus en détail dans un précédent article. Détruire l’Europe économiquement signifie tuer un marché avec lequel la Russie a réalisé 40% de ses exportations3 et 35% de ses importations en 2020. Perdre un tel partenaire du fait de son insolvabilité serait un coup dur pour l’économie russe. Certes, elle pourrait s’en passer si elle en était contrainte. Mais cela demanderait énormément de temps pour trouver de nouveaux débouchés pour le pétrole et le gaz et de nouveaux fournisseurs pour les biens d’équipements et produits chimiques européens et provoqueraient d’énormes désagréments à court terme. Ou peut-être pas !

Un plan perdu d’avance

Le plan des élites mondialistes est très simple quand on l’observe et il se décline en trois objectifs principaux :

  • Détruire l’économie chinoise ;
  • Détruire l’économie russe ;
  • Reprendre le contrôle de la mondialisation qui leur a échappé à l’aide du Great Reset et de son pendant économique le Green New Deal4

Les deux premiers objectifs, traités plus haut n’ont guère de chance de réussir car les deux puissances ciblées l’ont déjà anticipé et ont pris leurs dispositions. Aujourd’hui, les deux partenaires travaillent en étroite collaborations et leurs actions et déclarations sur la scène internationale sont coordonnées, y compris la récente demande russe de garanties de sécurité écrites et contraignantes aux USA.

Pour amortir un éventuel reflux de ses exportations (le parti communiste est conscient depuis longtemps de la nécessité de changer de modèle économique et a conçu un plan de développement basé sur le marché intérieur), la Chine a changé de modèle économique en passant d’un système tourné vers les exportations à un autre reposant cette fois sur le marché intérieur, avec comme cible, une classe moyenne évaluée à 400 millions5 de personnes en 2021 (soit plus que le marché américain et presqu’autant que le marché européen) et projette d’atteindre 800 millions de personnes en 2035. Ce modèle est chapeauté par le Made in China 2025, un plan destiné à faire de la Chine le leader mondial en matière de technologie à un moment où son leadership économique serait enfin reconnu par les occidentaux (la Chine est la première puissance économique en terme de PIB PPA depuis 2014). Et devinez quel est le centre technologique de ce plan technologique ? Wuhan6 !

En ce qui concerne la Russie, elle ne peut être mise à genou économiquement tant que la Chine est débout. N’ayant aucun intérêt à voir sa voisine écrasée être la suivante sur la liste, on n’imagine mal la Chine ne pas soutenir cette dernière. Surtout que le secteur en question, l’énergie, demeure un enjeu stratégique pour l’économie chinoise qui a besoin de sources d’énergie abondante et bon marché pour maintenir sa croissance économique. On peut donc supposer qu’en cas de disparition du marché européen, la Russie disposerait d’un autre client pour prendre la relève. Quelques faits plaident en faveur de cette thèse, comme le méga projet gazier Force de Sibérie de 400 milliards7 de dollars US sur 25 ans entré en service en 2019. Et la dépendance dans ce cas serait mutuelle donc équilibrée. Pour les biens manufacturés européens qui ne seraient plus disponibles, la Chine pourraient les fournir, le temps que l’industrie russe achève sa politique de substitution aux importations (pour laquelle l’UE a déposé une plainte auprès de l’OMC).

Le troisième objectif et la raison pour laquelle il échouera saute aux yeux. Il ne peut y avoir de Green New Deal et une nouvelle mondialisation « verte » si la Russie et la Chine ne sont pas vaincues. Or c’est précisément ce que nous venons de voir plus haut. D’ailleurs Vladimir Poutine et Xi Xipping ont clairement envoyé une fin de non recevoir à tout Great Reset lors du dernier forum (virtuel) de Davos tenu en 2021, donc fin de la partie !

source : Africa Politics

Réagir