Diountou : plus rien ne semble aller dans cette commune qui traverse une crise sur fond de détournement de deniers publics (source)

Plus rien ne semble aller dans la commune de convergence de Diountou qui traverse une crise sur fond de détournement de deniers publics et la démission d’une dizaine d’élus sur les dix sept que compte la commune, d’après nos sources. Une commune située dans la région administrative de Labé.

Désormais , plusieurs responsables de la sous-préfecture demandent la démission du maire .
Il faut le rappeler que cette crise est née de l’exclusion des deux (2) vices maires dans la gestion des affaires de la commune et de la finalisation de son nouveau marché . Le trios maire , secrétaire général et receveur reste désormais le véritable maître de la mairie . Aucun membre du conseil communal n’est informé sur la gestion financière de la commune ; les fonds alloués par le partenaire technique en l’occurrence l’UNICEF à la commune de convergence sont discrètement gérés par les trois .

Le nouveau préfet Elhadj Harouna Souaré hérite de cette crise et tente de sauver la situation mais il se heurte à l’intransigeance des élus qui acceptent son plaidoyer vis-à-vis du comportement du maire mais exigent des audits qui détermineront s’ils pourront continuer une quelconque collaboration avec le maire.

Le Préfet accepte de faire venir le SERRACO pour une mission d’audit au mois de février 2021 et le résultat sur la gestion administrative et financière des deux (2) exercices 2019 et 2020 est grave . La Préfecture va donc choisir de rendre à huis clos les conclusions du rapport d’audit sans la participation des élus demandeurs . La crise s’enlise , les élus soupçonnent l’utilisation des fonds de la commune pour des fins d’étouffer cette affaire . Le maire désormais sous la protection de la tutelle décide de défier la commission de finalisation des travaux du nouveau marché dirigée par l’ex-maire en introduisant une commission parallèle sous la couverture du Bureau du marché.

Ce nouveau bureau outre passe ses prérogatives en se substituant au service de l’urbanisme et de l’habitat , amenage les voies d’entrée du marché et les revend à d’autres citoyens sans l’aval du conseil communal.

Le divorce est consommé , une dizaine d’élus déposent leur démission mais la préfecture fait la sourde oreille . A un mois de cette démission une mission de la préfecture se rend dans la commune rurale de Diountou et le Secrétaire Général chargé des collectivités informe aux élus démissionnaires qu’il n’a pas transmis au Gouvernorat de Labé leur démission prétextant qu’elle est collective , elle devrait être individuelle celà permettrait de procéder à leur remplacement au cas par cas.

Pourtant le code des collectivités est clair en son article 96 : <<la démission d’un ou de plusieurs membres du conseil communal est adressée au l’autorité exécutive de la commune qui en informe immédiatement le représentant de l’État.
la démission est définitive dès sa réception par le représentant de l’État >>.

Depuis , la mairie fonctionne sans son conseil communal en violation flagrante du code des collectivités. Pour mettre fin à cette situation , les élus démissionnaires , les présidents de districts et de jeunesse , le syndicat des transporteurs , les sages , les femmes et la société civile en générale ont adressé un courrier au maire et à la tutelle demandant sa démission après qu’une preuve sonore sur le rapport d’audit est refait surface avant qu’une manifestation populaire s’en charge.

Combien de temps encore la tutelle mettra avant de lâcher son protégé alors que d’autres maires sont déjà partis pour les mêmes raisons.

A suivre…

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com