Oussou Fofana prévient : ‹‹ s’il n’y a pas de dialogue, notre arme c’est la manifestation ››

Dans une note signée par une cinquantaine de partis politiques, obligeant la transition militaire a ouvrir un dialogue, le deuxième patron de l’UFDG soutient que la lutte contre la corruption en Guinée ne doit aucunement empêcher, la mise en place d’un cadre de concertations.

Dans un entretien téléphonique chez nos confrères de la radio FIM FM,  »mirador », Oussou a prévenu qu’au cas où il n’y a pas de dialogue, la seule arme que les partis politiques dispose, reste la reprise des manifestations de rues.

« Notre souhait le plus ardent est que le colonel Doumbouya rentre dans l’histoire de la Guinée par la grande porte. Qu’il accepte qu’on se retrouve autour de la table pour dialoguer, et qu’il tienne compte de notre déclaration. On ne souhaite pas aller jusqu’à la manifestation. Nous sommes des guinéens, il faut que le pays sorte de cette situation-là. S’il n’y a pas de dialogue, notre arme, c’est la manifestation. Personne ne peut empêcher un parti politique de manifester, c’est reconnu, c’est dans la constitution. Je pense que ce n’est pas un crime pour des partis politiques de demander au CNRD de se retrouver autour de la table, pour l’intérêt de la Guinée. Rien ne peut empêcher le dialogue. On peut lutter contre la corruption et ouvrir le dialogue », a-t-il martelé.

Nous y reviendrons…

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com