Ukraine : échec des pourparlers russo-ukrainiens en Turquie

Par tv5.org

Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien n’ont pas réussi à aboutir à un cessez-le-feu en Ukraine, ce jeudi 10 mars. C’était leur première rencontre depuis le début de l’offensive de l’armée russe, qui poursuit sa progression avec des chars arrivant aux portes de la capitale Kiev.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+1. 

Ce qu’il faut retenir de l’actualité de ce 10 mars, à 15h00 TU.

  • Echec des pourparlers russo-ukrainiens entre Sergueï Lavrov et Dmytro Kuleba.
  • La banque centrale russe suspendue de la banque des règlements internationaux (BRI).
  • Déjà 100 milliards de dollars de dégâts en Ukraine, depuis le début de l’offensive russe.
  • L’Otan « plus « forte » et la Russie « plus faible » à cause de Poutine, selon Washington.
  • L’UE condamne un « crime de guerre odieux », concernant l’attaque de l’hôpital pédiatrique de Marioupol.
  • ​71 enfants ont été tués en Ukraine depuis le début de l’offensive russe.
  • La Russie interdit d’exporter certaines marchandises et équipements étrangers.

Jeudi 10 mars

16h52 TU. Bombardement d’une maternité en Ukraine: Macron condamne « un acte de guerre indigne »

Le président français Emmanuel Macron a condamné jeudi « avec la plus grande fermeté » le bombardement russe d’un établissement abritant une maternité et un hôpital pédiatrique à Marioupol en Ukraine, qui est « un acte de guerre indigne ».

L’« objectif manifeste » de ce bombardement était « de tuer des civils, femmes et enfants en particulier », a ajouté Emmanuel Macron, en se disant « inquiet » et « pessimiste » sur le conflit en Ukraine, avant un sommet de l’UE à Versailles, près de Paris.

16h45 TU. La CEDH demande à Moscou de respecter la liberté d’expression de Novaïa Gazeta.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), saisie en vertu d’une procédure d’urgence, a demandé jeudi à Moscou de respecter la liberté d’expression du journal indépendant Novaïa Gazeta, après la loi votée en Russie qui prévoit de lourdes sanctions en cas de diffusion « d’informations mensongères » sur la guerre en Ukraine.

La CEDH invite les autorités russes « à s’abstenir, jusqu’à nouvel avis, de toute action et décision visant à faire totalement obstacle et à mettre fin aux activités de Novaïa Gazeta », et de toute autre action susceptible de priver le journal de son droit à la liberté d’expression, selon un communiqué.

16h43 TU. Il n’existe « pas de procédure rapide d’adhésion à l’UE ».

Il n’existe « pas de procédure rapide d’adhésion à l’UE », a rappelé jeudi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte à Versailles, alors que l’Ukraine a déposé une candidature dans l’espoir de rejoindre « sans délai » le bloc des Vingt-Sept.

« Nous ne pouvons pas donner l’impression aux Ukrainiens que tout peut se produire d’un jour à l’autre », a également averti son homologue luxembourgeois, Xavier Bettel, en arrivant pour un sommet européen près de Paris.

16h42 TU. La Russie qualifie la frappe contre l’hôpital ukrainien de Marioupol de « mise en scène ».

16h40 TU. D’autres sanctions contre Moscou possibles, selon la secrétaire américaine au Trésor.

Les États-Unis et ses alliés européens pourraient imposer des sanctions supplémentaires à la Russie, a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, évoquant les « atrocités » contre les civils qui « semblent s’intensifier ».

« Les atrocités (que les Russes) commettent contre les civils semblent s’intensifier, il est donc certainement approprié que nous travaillions avec nos alliés pour envisager de nouvelles sanctions », a déclaré la ministre de l’Economie de Joe Biden lors d’une interview vidéo au Washington Post.

Elle a par ailleurs estimé que les sanctions prises à ce jour ont « dévasté » l’économie russe. « Nous avons isolé la Russie financièrement. Le rouble est en chute libre, la Bourse russe est fermée. La Russie a été effectivement exclue du système financier international », a rappelé la secrétaire au Trésor.

16h15 TU. Vladimir Poutine a fait « une grave erreur » et « va perdre cette guerre », selon Justin Trudeau.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a estimé à Varsovie que le président russe Vladimir Poutine « a fait une grave erreur » en attaquant l’Ukraine et va perdre la guerre qu’il a déclenchée.

“Vladimir Poutine a fait une grave erreur et va perdre cette guerre qu’il a commencée, à cause du courage et de la résilience et de l’inspiration qu’offrent ces braves Ukrainiens. Mais aussi à cause de l’unité, de la fermeté des pays alliés » qui ne peuvent pas le permettre, a dit Justin Trudeau, répétant la même phrase en français et en anglais, lors d’une conférence de presse avec le président polonais Andrzej Duda.

16h15 TU. Entretien des chefs de la diplomatie française et chinoise.

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian s’est entretenu avec son homologue chinois Wang Yi de la situation en Ukraine, l’encourageant à « utiliser toute l’influence de la Chine pour pousser la Russie à mettre fin à la guerre ».

Le chef de la diplomatie française « a souligné les conséquences humanitaires catastrophiques de la guerre (…) et l’importance d’établir sans délai un cessez-le-feu afin de permettre l’acheminement d’une assistance humanitaire sûre et sans entrave au peuple ukrainien », selon un communiqué du ministère.

« Il a marqué le caractère profondément déstabilisateur pour l’ordre international de l’offensive russe en Ukraine » et a pris note des inquiétudes exprimées par son homologue « sur le risque d’impact économique majeur de ce conflit à l’échelle mondiale, en particulier sur les marchés de l’énergie ».
La Chine n’a pas condamné l’invasion russe. Proche du régime du président Vladimir Poutine, Pékin se refuse depuis l’intervention du 24 février à employer le mot « invasion » et rejette la faute du conflit sur les Occidentaux et « l’expansion » de l’Otan.

15h15 TU. Vladimir Poutine met en garde contre une inflation mondiale des prix alimentaires.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que les sanctions imposées à cause du conflit en Ukraine risquent d’entraîner une inflation mondiale des prix alimentaires, car la Russie ne pourra plus exporter suffisamment d’engrais.

« Si ça continue comme ça, cela aura des conséquences sérieuses (…) pour le secteur alimentaire dans l’ensemble, la hausse de l’inflation sera inévitable », a-t-il dit, lors d’une réunion gouvernementale, alors que les exportations d’engrais russes doivent être suspendues.

14h40 TU. Les mesures de soutien budgétaire dans l’UE restent d’une « importance cruciale « .

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a estimé jeudi 10 mars que les mesures de soutien budgétaire dans l’UE continueront d’être d’une « importance cruciale », alors que la guerre en Ukraine assombrit les perspectives de croissance et d’inflation.

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com