Colonel Balla Samoura au procureur Charles Wright :  » Je suis le premier officier de police judiciaire ».

Après les menaces et la mise en garde de Charles Wright, procureur général près de la cour d’appel de Conakry à son en contre, Colonel  Balla Samoura, haut commandant de la gendarmerie nationale,  n’a  pas tardé à faire part de sa réaction. Pour lui, contrairement à la compréhension du procureur, il est le premier officier de police judiciaire et invite celui-ci à se réveiller.

 » … Nous sommes dans une dynamique visant à remettre sur les rails tout ce qui ne l’était pas avant. La crise, c’est à propos des relations entre les officiers de police judiciaire (OPJ), le parquet général et les parquets d’instance’’, indique le colonel Balla Samoura, précisant que le procureur Charles Wright ‘’ne peut pas dire qu’un officier de la gendarmerie, que soit moi ou pas, n’est pas un officier de la police judiciaire. Je suis un officier de la police judiciaire à 100%. Je suis le premier officier de police judiciaire ». 

Plus loin, il ira jusqu’à s’interroger sur le rapport qui existerait entre un procureur et officier de la police judiciaire dans un sens qui rappelle au procureur cette définition .

 » C’est quoi un procureur général par rapport aux OPJ ? Le directeur d’enquête, le gérant des OPJ, c’est le procureur d’instance. Le procureur général surveille les activités des enquêteurs. Imaginez un peu que chaque matin, il faut se réveiller en tant que procureur général pour dire qu’il veut voir tous OPJ ce soir ou demain. Le problème est à ce niveau. Que les procureurs d’instance prennent leurs responsabilités pour gérer directement les OPJ ».

Avant d’en venir à cet autre cours magistrale

 » … c’est parce que je suis en train d’insister sur le fait que les procureurs d’instance gèrent les OPJ. Ce n’est pas le travail du procureur général (…). Les gendarmes que nous sommes, nous travaillons avec les ministères de la sécurité, de la défense, l’administration du territoire dans le cadre du maintien de l’ordre et le ministère de la justice dans le cadre de l’exercice de la police judiciaire. Demandez à tous les procureurs, quelle est l’autorité administrative est le premier responsable du contrôle de la qualité des OPJ, c’est moi. Je me rassure que les gendarmes respectent la loi toutes les procédures sur l’ensemble du territoire national.

Un procureur ait un dossier propre qui respecte les règles de l’art, cela relève de nous que la loi le dise ou pas. Si on ne le fait, ça va aller dans tous les sens. Ce que le procureur général dit là est trop banal. Moi je n’ai pas envie de perdre mon temps à me justifier. Mon temps ne me permet pas de m’asseoir devant un citoyen pour lui demander ce qu’il a fait, faire une audition. Ce n’est possible. Quand une personnalité doit être entendue par des officiers de police, c’est mon rôle de mettre cette personne en confiance. Je serai partout où je peux apporter de la qualité au travail de mes agents ». 

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com