UE-UA : une coopération renforcée ou apaisée en matière de migration ?

L’année 2021-2022 est marquée par différents conflits mondiaux qui contraignent des  populations à devoir quitter leurs pays et à se réfugier ailleurs. On y trouve des raisons  économiques, comme politiques. Les deux sont -elles dissociables ? Bien sûr que non ! Il faut  rappeler que le 17 et le 18 février 2022, s’est tenu à Bruxelles le sixième sommet entre les  dirigeants des 27 Etats membres de l’Union européenne et des 55 pays de l’Union africaine en  vue de renforcer la coopération dans le cadre de la stratégie commune Afrique-UE, notamment  sur les questions migratoires. Cette question fait en effet partie des cinq domaines prioritaires  de coopération entre les deux continents pour les années à venir. La migration des populations  est et sera toujours un paradoxe humain : à la fois un appauvrissement (pour le pays d’origine)  et un enrichissement (pour le pays de destination), mais toujours au prix fort pour l’individu et  sa famille avec sa cohorte d’arrachement et de souffrance. Le devoir des institutions publiques  c’est d’être à la hauteur de ces mouvements, de savoir accompagner la personne dans ce qu’elle donne de meilleur, de savoir la protéger de ce qu’elle subit de pire. Force est de constater que  nous n’y sommes pas !

A l’issue du sommet, les deux partenaires ont adopté une vision commune pour 2030 dans  laquelle ils se sont engagés : à prévenir la migration irrégulière, à renforcer la coopération entre  le trafic de migrants et la traite des êtres humains et à renforcer les mécanismes de retours et de réadmissions, tout en développant des voies légales et des solutions durables pour les réfugiés  et demandeurs d’asile. La commission européenne propose d’aider les pays africains à surveiller  leurs frontières. En visite à Dakar le 11 février dernier, la commissaire européenne aux affaires  intérieures, Ylva Jhanson, a ainsi proposé au pays d’envoyer des équipements de surveillance  tout le long des frontières.

Est-ce la solution ? Sachant qu’aujourd’hui les migrations sont une composante de la  mondialisation.

Est-ce la solution ? Alors que l’Europe a voulu instaurer en 2000 une politique dite « de  voisinage » (voir l’article 8 du traité de l’UE). Peut-on être des voisins bienveillants, si on se  surveille ? Le phénomène migratoire est vieux comme le monde autour de la Méditerranée. Il  est continu et inéluctable, seul varie son intensité et sa soudaineté. Quel mur peut arrêter  l’humanité qui ne veut plus vivre dans des États nations stato-centrés, non respectueux de  l’expression de leur population, à l’heure numérique ou tout se partage ? Du point de vue  économique, la migration est un flux qui participe à l’internationalisation des économies  nationales, l’impact de cette internationalisation est fort, certains pays visent une économie du  retour dans le pays d’origine « économie de renaissance ». Cet enrichissement « en retour », il  faut savoir l’organiser !

« un pays n’est jamais une seule chose à la fois. Il est souvenirs tendres de l’enfance tout autant  que guerre civile, il est peuple, comme il est tribus, campagne et villes, vagues d’immigration,  comme d’émigration. Il est son passé, son présent et son futur. Il est ce qui est advenu et la  somme de ses possibilités. » Alice ZENITER (in « l’art de perdre – 2017).

Comment comprendre cette distinction, cette discrimination, qui va placer des milliers de  personnes, fuyant la guerre au même titre que les autres, dans une situation d’immense  perplexité et d’angoisse ? Comment accepter qu’on n’accorde pas la même protection à toutes les victimes des guerres quelles que soient leurs origines ?

Comment réguler les migrations internationales ?

Accueil des réfugiés en France humanisme ou hypocrisie ? L’union européenne joue sur deux  tableaux en matière d’accueil des demandeurs d’asiles. Elle procède par un tri systématique des  migrants. Ce qui laisse entrevoir une discrimination institutionnelle. En effets, le dispositif  « Dublin » instituant ce tri des migrants constitue aujourd’hui un exemple flagrant qui frise le  racisme d’État. Il est d’ailleurs contesté par les membres de l’UE eux même à commencer par  les pays de la frontière externe. La guerre entre la Russie et l’Ukraine en cours nous a permis  de comprendre cette discrimination. La guerre ukrainienne à générer des millions de réfugiés  accueillis au sein de l’union européenne notamment : en Pologne, en Allemagne, en Italie, en  France etc… Toutes les associations humanitaires, les hommes politiques se sont mobilisés pour  les accueillir. Les hôtels, les logements sociaux et les gymnases réquisitionnés pour les loger.  Par ce que tout simplement ce sont des réfugiés européens blancs : des frères en civilisation ;  dans le même temps les afghans, les africains et les pakistanais dorment dans les taudis et sous  les ponts, ce sont pourtant : « des frères en humanité ». Cette mesure de deux poids – deux  mesures doit indigner tout citoyen du monde ayant ce sens de l’humanité.

Ainsi la France est connue comme un pays exigeant en matière de respect de la loi. C’est  pourquoi, malgré la résistance des associations d’aide aux migrants contre la réforme du  règlement « Dublin », la France n’a jamais céder car pour elle la loi doit être respecter. Un  réfugié qui entre en Europe doit forcément déposer sa demande d’asile dans le premier pays qui  l’accueille ; sinon il sera expulsé au nom dudit règlement. Paradoxalement cette loi est balayée  pour l’accueil des ukrainiens : ils traversent la Pologne, l’Allemagne avant d’arriver en France.  Pourquoi ne sont-ils pas considérés comme « Dublinés » ? Pourquoi ne sont-ils pas reconduits  aux frontières comme sont reconduits les demandeurs d’asile africains aux frontières espagnoles  et italiennes ? Il faut y voir un effet de sidération de la part des dirigeants européens. Ils  n’imaginaient pas que la lointaine Syrie, l’Orient compliqué, l’Afrique exploitée puissent être  rejointes dans l’horreur par la si voisine et si fraternelle Ukraine. Nous sommes tous consternés  par des situations de guerres, mais nous devons plaider pour une humanité universelle sans  distinction de race, de religion et d’origine. Et c’est le Président de la Russie qui massacre « sans  distinction de religion ou d’origine » qui semble nous réveiller…

Les questions liées à la migration, à l’immigration sont et resteront toujours d’actualité surtout  quand elles sont irrégulières ou subies. C’est le résultat de plusieurs faits de société et de  diverses sources (naturelle, politique, économique, conflictuelle…) Il n’est de secret pour  personne que la migration irrégulière contribue fortement à bouleverser l’équilibre mondial  institué par de tous les acteurs (pays de provenance, pays d’accueil). Pour le cas spécifique de  l’Afrique, il n’est point possible d’occulter les milliers de morts ( des jeunes hommes et femmes,  des enfants, des nouveaux nés, des femmes enceintes…) que la mer Méditerranée engloutit  chaque année et cela depuis plus d’une décennie. Comme le dit Guillaume NERY, champion  du monde d’apnée dans son livre : « nature aquatique » à propos de la Méditerranée « j’ai  tellement honte de ce que tu acceptes de nous les humains. Alors que nous te devons tout, nous  te vidons de tes poissons, tu ingurgites nos plastiques et tu t’offres en linceul pour ceux qui  n’ont rien ». Le continent africain est celui qui perd, à cause de son incapacité à trouver le  minimum de cadres, d’équipements pouvant inciter sa population la plus active à rester sur  place. Le continent soumis à la convoitise des autres puissances : coloniale, puis « non alignée »  avec la Chine et aujourd’hui objet de conquête avec la Russie et son bras armé la milice  Wagner.

Dans le déficit lié aux infrastructures et à l’accompagnement Étatique, la migration irrégulière  devient une alternative plausible pour la population. Faute de statistiques fiables, nous ne savons dire avec exactitude l’énorme perte en vies humaines et tous ces milliards de francs CFA  mobilisés pour les passeurs. Les familles endeuillées par le Sahara et la Méditerranée pullulent de façon exponentielle, même la pandémie de la covid 19 n’a pas pu refroidir les candidats à  l’immigration irrégulière. l’Afrique se vide, et cela est fort déplorable, il est vraiment  inadmissible de voir des jeunes, des tout petits fuir leur pays, pour une destination incertaine,  qui leur réserve plein de déconvenues : traite de l’être humain au Maghreb, statut de sans  domicile fixe à travers les villes européennes.L’impact sur les pays européens est puissant : ils  connaissent un dérèglement total de leur équilibre interne. On ne saurait lutter contre la  migration qu’elle soit régulière ou pas, mais on peut néanmoins limiter l’impact de la migration  irrégulière sur les pays, en Afrique comme en Europe.

Pour le contexte africain, que les partenaires de l’Afrique incluent ou exigent davantage de la  part de leurs partenaires africains assez de réformes et une attention particulière envers les  couches défavorisées et les structures juvéniles. Renforcer les capacités et assister les structures  juvéniles et les couches sociales défavorisées. Faciliter l’obtention des documents (visas, titre  de séjour…) légaux par le canal des ambassades Pour les pays africains, renforcer et redynamiser  les organisations de jeunesses, accorder plus de subvention, assister et encadrer les personnes  défavorisées, faire la promotion de l’entrepreneuriat, créer de l’emploi UE-UA : vers une  coopération renforcée en matière de migration ? L’année 2021-2022 est marquée par différents  conflits mondiaux qui entraînent des populations à devoir quitter leurs pays et à se réfugier  ailleurs.

Co-auteurs :

Mr Amadou BAH, diplômé en Sciences politiques Grenoble et Intervenant Social à France Terre d’Asile.

Mr OUSMANE KOUYATE, Doctorant à l’Université Grenoble Alpes

Mr SEKOU KAMANO, Sociologue, acteur de la société civile et professeur de littérature au  Lycée 2 Lambandji

Réagir

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de oceanguinee.com