Poutine va-t-il annoncer la mobilisation générale le 9 mai prochain?

Le 9 mai est une date cruciale dans les plans de guerre de Vladimir Poutine. Ce jour-là, la Russie célèbre sa victoire sur l’Allemagne nazie par un défilé militaire à Moscou. Poutine aurait donc voulu célébrer une victoire en Ukraine. Mais comme ce scénario est de plus en plus improbable, les experts prédisent qu’il va changer son fusil d’épaule et appeler à une mobilisation générale.

Le président russe a inscrit le 9 mai dans son agenda comme date clé pour une victoire éclatante, révèle un briefing interne de l’OTAN. “Le commandement militaire russe subit une énorme pression politique pour réaliser enfin une percée militaire en Ukraine, qui pourra être présentée comme une victoire lors de la parade du 9 mai.”

Avance lente

Les services de renseignement britanniques affirment désormais que l’avancée russe dans le Donbas est ralentie par une forte résistance ukrainienne. Dans le processus, les Russes ont subi des pertes importantes. Comme l’offensive russe dans le Donbas ne progresse que lentement, les spécialistes de la défense supposent que le président russe va changer de stratégie.

Les experts du groupe de réflexion américain CEPA (Centre for European Political Analysis) prévoient dans un rapport que la Russie procédera à une mobilisation générale pour la guerre en Ukraine le 9 mai prochain. “Les militaires russes estiment que c’était une erreur de limiter les objectifs initiaux de la guerre. Les dirigeants de l’armée affirment que la Russie attaque désormais non seulement l’Ukraine, mais aussi l’ensemble de l’OTAN”, peut-on lire dans l’analyse. L’alliance occidentale apporte des armes toujours plus lourdes pour soutenir l’Ukraine. L’armée russe veut donc être en mesure de mener une guerre totale, ce qui implique une mobilisation générale.

Les experts du Royal United Services Institute de Grande-Bretagne sont du même avis. “Le 9 mai est passé du statut de date limite pour la victoire à celui de début d’une mobilisation massive”, peut-on lire dans l’étude la plus récente. La lenteur de la progression exige une plus grande force de l’armée. Dans ce contexte, les experts parlent d’un “tournant” dans le conflit: “Le 9 mai pourrait être le jour où les dirigeants russes ne parleront plus d’une ‘opération militaire spéciale’ mais de ‘guerre’”.

Michael Mazarr, du groupe de réflexion Rand Corporation, partage, lui aussi, cet avis. “Il pourrait simplement s’agir de menaces de la part des Russes. Mais elle pourrait aussi devenir réalité si le président russe changeait effectivement de cap. Le risque d’un tel scénario ne peut être ignoré”, a déclaré M. Mazarr dans un communiqué.

“Rapide comme l’éclair”

En outre, Poutine a menacé de lancer des contre-attaques rapides contre les alliés de l’Ukraine. Quiconque s’ingère de l’extérieur et devient ainsi une menace inacceptable pour la Russie doit savoir que la réponse sera “rapide comme l’éclair”. “Nous avons tous les outils pour cela”, a déclaré Poutine lors d’une réunion avec de hauts responsables. “Et nous ne bluffons pas. Nous les utiliserons si nécessaire. Et je veux que tout le monde le sache.” Les décisions nécessaires auraient déjà été prises.

Poutine est persuadé que l’”opération militaire spéciale” en Ukraine atteindra tous ses objectifs prédéfinis. Le président russe a également placé les armes nucléaires du pays en état d’alerte renforcée, en guise d’avertissement à l’alliance militaire de l’OTAN.

PAR 7sur7.be
Réagir