Guinée/Examens 2022: le constat écœurant et angoissant d’un enseignant.

Je ne voulais pas d’abord parler, car le processus n’est pas encore achevé. Mais je me trouve écœuré et angoissé par des constats avoués!

À mis parcours, des constats sont entrain d’être faits de diverses manières!
D’aucuns apprécient et d’autres désapprouvent de façon ouverte ou voilée.

De passage, félicitations Monsieur le ministre pour tous les efforts qu’on peut considérer en attendant comme succès :

▪Examen sans fuite de sujets, c’est du succès.
▪Réduction considérable de l’utilisation des téléphones dans les centres d’examens, cela est à apprécier.
▪Augmentation légère des primes de surveillance, chose à encourager !
▪Suppression des secrétariats, couteau à double tranchant bien que ça peut accélérer le processus et économiser le budget.
▪Une rigueur constante dans la plupart des centres. Félicitations aux gestionnaires des différents centres.

Par la même occasion, il y a des disfonctionnements avérés dans le processus. Des choses qu’on peut bien soigner. Ça demande juste une volonté!

○ La suppression des secrétariats est un risque majeur des fraudes aux centres de correction et de centralisation de notes.
○ Il y a des sujets des formulations inadéquates et des fautes (Histoire au CEE et au BEPC, Maths et Physique en SM, Dictée et Questions au BEPC, ECM au BEPC…).
○ Insertion de dernière minute d’une structure appelée GARDIENS DU MÉRITE qui a causé beaucoup de traumatisme aux élèves, ils éliminaient des candidats sans même consulter le délégué du centre. Defois avec une exagération maladroite. Cela est une injustice notoire. Certains me diront que c’est prévu dans les textes .

Je leur répondrais avec sagesse ce sont les mêmes textes qui posent problème!
○ L’emprisonnement des candidats pris en flagrant délit de fraude. Il fallait juste les écarter de l’examen, je pense que cette correction serait plus pédagogique.
○ Brutalité de certains agents de sécurité pendant l’opération de la fouille des candidats. Allez jusqu’à briser l’intimité des jeunes filles candidates. Chose qui est culturellement sacrée.
○ L’affichage des images des surveillants et candidats fraudeurs sur les réseaux sociaux. Le droit d’image devrait être respecté.
○ Les cas des substitutions au nombre de 35 par faute de photos. On se demande combien des cas n’ont pas été détecté?
○ Des Surveillants sélectionnés par affinité ou par négociations. Il y a des surveillants qui ont participé à tous les trois examens. Ce pendant d’autres aucun!
○ Bien qu’il y a eu opération de préstation de serment, il y a eu bel et bien une légèreté des surveillants. Par endroits les téléphones ont été utilisés.
○ Vouloir fermer des écoles privées sous prétexte qu’il y a eu Substition des candidats. Monsieur le ministre, je vous informe que des candidats peuvent bien orchestrer ce scénario sans que l’école ne sache! Je suis témoin d’un des cas il y a de cela 2ans!

On attend la finalisation du processus pour continuer le diagnostic bien que des signaux inquiétants nous parviennent à partir des centres des corrections.

Monsieur le ministre, l’étape du déroulement de la correction et la centralisation de notes sont plus que crucial pour une meilleure appréciation des examens.

Il y a un grand risque de scandale au niveau des reports de notes, car les correcteurs seront en contact directe avec les PV des candidats. Un fiasco est bien envisageable à ce niveau. Attention Monsieur le ministre, ça pourrait bien glisser!

Alpha Mamadou Tolo bah. Professeur de Mathématiques

Réagir