Dialogue politique : déçu, Saikou Yayah Barry demande au CNRD et à Mamadi Doumbouya de reprendre la main

L’espoir n’aura tenu que pour quelques heures. Le dialogue voulu par le premier ministre Mohamed Béavogui n’a pas tenu à ses promesses d’espoir politiques.

Pour Saikou Yayah Barry de l’UFR, le dialogue initié par le premier ministre et qui a eu sa session inaugurale aujourd’hui, n’est rien qu’une occasion de rallonger le temps de la transition.

 » Cette rencontre aurait dû être l’occasion que nous attendions tous. Malheureusement, elle n’est qu’une manière de rallonger le temps parce que c’est la seconde fois qu’on se rencontre. Déjà, c’est une concertation encore parce que, c’est pas le dialogue qui est entamé, le 5 septembre et le 14 on nous a invités au palais du  peuple, c’est le même format en miniature qui s’est présenté aujourd’hui. A l’époque on nous fait parler, ensuite, on nous demande de faire des mémos, on avait fait des mémos et aujourd’hui ce qui se passe, on nous demande encore de faire une proposition le vendredi et déposer. Ça veut dire que c’est la même chose qui ne peut pas faire avancer les choses.  Nous estimons qu’il faudrait forcément que le cadre de dialogue s’installe et ça doit passer par un décret et que nous devons prendre  les entités les plus représentatifs du pays pour s’asseoir et discuter l’avenir du pays. On ne peut mettre tout le monde dans le même panier, nous savons bien que y a une différence entre les gens. C’est une déception parce que j’ai tiré seulement le fait qu’ils ont réussi à créer une mouvance d’une transition et une opposition d’une transition. Quelque chose qui n’est pas acceptable. Nous sommes dans une transition, ils ne peuvent pas créer cela dans notre pays. Nous estimons qu’aujourd’hui que le CNRD doit reprendre la main et mamadi Doumbouya doit reprendre la main et faire en sorte que le dialogue s’installe et faire en sorte que le médiateur de la République arrive pour qu’ensemble on discute avec les partis politiques présentatifs  » A-t-il martelé. 

Réagir