Guinée: le Premier ministre n’est pas notre interlocuteur dans le cadre de dialogue (Cellou Baldé)

Invité chez nos confrères de FIM Fm, dans l’émission,  » le Mirador »,  ce mardi 13 septembre 2022, Cellou Baldé, ancien député uninominale de labé n’est pas passé par assez de virage pour parler du dialogue politique en cours en Guinée en cette période de transition. A l’en croire, les autoirités de la transition doivent évités de faire de l’amalgame sur cette question de dialogue entre le pouvoir centrale et les acteurs politiques du pays. Aujourd’hui, dira-t-il, un premier ministre n’a pas à relancer un dialogue.

 » Il y a un dialogue qui est en train de se mettre en place. Il y a un médiateur envoyé et accepté par le CNRD et qui a fait une première mission au niveau de l’ensemble des parties prenantes au processus de transition politique dans notre pays. Donc s’il y a bien entedu des échanges que le médiateur ou la CEDEAO doivent avoir avec le gouvernement de la République, cela ne peut se faire qu’à travers le Premier ministre. Aujourd’hui, je crois que pour nous acteurs politiques, le Premier ministre n’est pas notre interlocuteur dans le cadre de dialogue, il peut-être un élément du côté du CNRD et du gouvernement.« 

Pour ce responsable politique de l’UFDG, le premier ministre, Dr Bernard Gomou, peut toutes fois rencontrer la classe politique s’il le souhaite, mais simplement dans un cadre de rencontre qui n’aura rien d’un dialogue.

 » Dans le cadre des rencontres, le Premier ministre, s’il souhaite rencontrer les acteurs politiques, bien entendu il peut rencontrer les acteurs politiques que nous sommes, qui peuvent le recevoir. Mais je dis bien qu’il y a un dispositif qui est mis en place sur la base d’un processus depuis ces 12 ans et qui a abouti à l’envoi d’un médiateur de la CEDEAO. Et ce processus est engagé. Donc, je crois que le Premier ministre en tant que membre du gouvernement et en tant qu’acteur du CNRD, il peut se mettre dans le dispositif pour faciliter le travail du médiateur de la CEDEAO« .

Faut-il donc s’attendre à un accord de principe aussi rapide et objectif pour un retour autour d’une table de la classe politique et les autoirtés de la transition Guinéenne ? A rappelé de passage, que le médiateur de la CEDEAO dans le rapport de sa dernière mission en Guinée, a démandé le retour autour de la table des acteurs politiques qui n’avaient pas repondus au processus de dialogue engagé par le gouvernement Guinéen.

Réagir