Guinée: Jeune Afrique mis à contribution pour abattre Idi Amin ou détruire le CNRD ?

Aboubacar Sidiki Camara est-il encore plus puissant que Mamadi Doumbouya ? Quel titre apparemment accrocheur, mais évocateur d’un vaste complot, d’une prestation de service confiée à une presse internationale « Jeune Afrique » pour créer la zizanie au sein du CNRD, susciter la méfiance, le doute voire la colère chez le colonel-Président Mamadi Doumbouya, détruire l’unité de la junte militaire; l’objectif machiavélique étant d’abréger la transition en cours.

En effet, cette dernière livraison du JA est une commande spéciale destinée à irriter les uns et à mépriser les autres afin d’instaurer au sein du bloc monolithique du CNRD un climat de suspicion et de division car, il est insensé, lâche voire irresponsable d’établir une comparaison de puissance entre le premier de tous les Guinéens et un autre Guinéen, quelque soit par ailleurs son statut, sa fonction, sa formation… Il est le plus fort, le plus puissant… de toutes et de tous et c’est pourquoi il préside aux destinées du pays, tous les autres étant des collaborateurs à son service, au compte de la République.

Aujourdhui, notre religion est établie que les wagners n’opèrent pas seulement sur le terrain militaire. Il y a des wagners aussi dans la presse comme JA, ces mercenaires de la plume qui violent à ciel ouvert la déontologie journalistique reposant sur le factuel et non sur les attaques ciblées de personnes.

A qui profite ce torchon de papier appelé article de presse dont les motivations des auteurs et des commanditaires sont connues: la déstabilisation du CNRD ?

Aboubacar Sidiki Camara « Idi-Amine » est un républicain, un officier assermenté, serviable, loyal dans ses relations de travail, d’amitié, de fraternité… La trahison n’est pas dans ses habitudes comme vous l’insinuez diaboliquement en lui prêtant des hautes ambitions qu’il n’a pas car, découlant de votre imagination fertile, de votre esprit satanique.

Allez-y planter vos choux ailleurs. Votre complot a échoué. Le colonel Mamadi Doumbouya est incontestablement le patron et Idi-Amine son employé. Il n’y a pas l’ombre d’un seul doute. Et le Ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la défense nationale ne se plaint pas outre mesure. Bien au contraire, il se plaît dans ce rôle et rend grâce à Dieu pour avoir bénéficié de la confiance de l’homme du 05 septembre.

En évoquant le cursus militaire d’Idi-Amine, une manière hypocrite de créer la frustration et la tension, c’est le lieu de rappeler que le colonel Mamadi Doumbouya est diplômé de la prestigieuse école de guerre de Paris, un niveau académique militaire qui clôture la formation du soldat.

De ce point de vue, votre texte est cousu de fil blanc, insipide, incolore, inodore, sans intérêt, juste conçu pour démanteler le CNRD, casser la cohésion de l’équipe dirigeante, rompre l’harmonie et assouvir le funeste dessein de vos commanditaires. C’est peine perdue.

Le seul bénéfice qu’on tire de votre paperasse teintée de conspiration manifeste, est qu’elle nous renvoie à l’information selon laquelle plusieurs tentatives de désintégration du CNRD ont échoué, la presse restant désormais l’unique arme fatale pour anéantir le colonel Mamadi Doumbouya et ses compagnons.

Enfin, il y a plus de 40 ans que JA utilise le continent, ses dirigeants et leurs entourages comme leur fond de commerce, faisant fi des règles les plus élémentaires du journalisme, considérant l’argent comme la boussole de ce noble métier en flinguant sans foi, ni loi sur les cibles à abattre. Ça suffit! Trop c’est trop. Y en a marre !

Paul Moussa Diawara, membre fondateur du CRAS

Réagir