Ratoma : Des citoyens refusent les MILDA pour se protéger contre le palu

La 4ième campagne de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) s’est déroulée du 9 au 16 Août courant dans la commune de Ratoma. Cependant, en dépit des efforts fournit par les acteurs impliqués dans la lutte contre le palu, des citoyens refusent de prendre les MILDA alors qu’ils sont bel et bien dénombrés et disposent des coupons. Certains d’entre eux disent, hélas, vouloir le riz à la place des MILDA. Comme si la lutte contre le palu ne leur intéresse point. Or, Non ou mal traité, le paludisme simple peut évoluer vers le paludisme grave, qui peut conduire à la mort.

Selon le directeur des microréalisations (DMR) par intérim de Ratoma, Boubacar Baldé Korbonya, des séances d’information et de sensibilisation ont été menés avec l’implication des leaders communautaires. Notamment les ONG et Associations impliquées dans la lutte contre le palu, les cadres et conseillers communaux, les chefs de quartiers et de secteurs, les leaders religieux, les responsables des organisations de la société civile ainsi que des leaders de jeunes et femmes.

Cependant, il déplore le fait que certains ménages ont catégoriquement refusés de se faire dénombrer alors que d’autres refusent d’aller chercher leurs MILDA auprès des sites de distribution.

C’est pour quoi, les responsables de la campagne ont décidé d’aller vers les ménages disposant des coupons pour leur remettre cet outil de protection. « A notre fort étonnement, il y a eu des ménages, moins de cinq je crois, qui nous ont dit qu’ils préfèrent le riz à la place des moustiquaires. Alors que cette campagne ne vise la distribution du riz mais plutôt des MILDA. Heureusement on a réussi à convaincre certains de prendre les MILDA pour mieux se protéger contre cette pandémie mais ça n’a pas été facile », raconte M. Baldé. Avant d’ajouter que sa commune a reçu plus de 450 000 MILDA dont la distribution a été faite à hauteur de 80% dans les 115 sites retenus à cet effet. Le sieur Baldé met l’occasion à profit pour féliciter les agents de distribution pour leur forte implication dans la réussite de cette campagne dans les 34 quartiers de Ratoma.

Le DMR rappelle que l’objectif de la campagne est d’amener le pays, avant fin 2023, vers la pré-élimination en réduisant la morbidité et la mortalité liées au paludisme de 50 % par rapport à 2016. Pour cela, il laisse entendre que les responsables de cette campagne prévoie un suivi-évaluation à travers des visites de ménage en ménage dans le but s’assurer que les MILDA sont accrochées. Puisque, d’après lui, recevoir la moustiquaire est une chose, en faire bon usage en est une autre.

Alhassane Barry

Réagir