Quels sont les effets du sucre sur notre organisme ?

Matin, midi et soir, nous consomons le sucre. Et cette consommation et pour la plupart de nous un excès. Bien qu’il ne soit pas un poison pour nous, mais sa surconsommation est un fléau. Or peu d’entre nous respectent la recommandation de l’organisation mondiale de la santé (OMS) de ne pas dépasser 50 g par jour de sucre ajouté, cela pour ne pas s’exposer à de nombreux problèmes de santé dont entres autres : 

la perte de mémoire, la prise de poids, la fatigue chronique, les problèmes rénaux, les aigreurs d’estomac, les fermentations intestinales (ce qui affaiblit le système immunitaire), le stress, le diabète, les caries, la cataracte, etc.

D’ailleurs, des nombruex specialistes en nutrition, sont unanime que le sucre est aussi un puissant perturbateur de notre métabolisme.

 » Les sucres ajoutés sont digérés à vitesse grand V et perturbent le travail de notre organisme: la glycémie joue au yo-yo, les hormones ne sont pas sécrétées comme elles le devraient, la prise de poids augmente parfois même jusqu’à l’obésité. L’excès de sucre fait grimper le taux de gras (triglycérides) dans le sang, la cholestérolémie et la pression artérielle. C’est ce qu’on appelle le syndrome métabolique : un ensemble de facteurs qui augmentent le risque de développer une maladie du cœur« .

Une consommation excessive de sucre peut entraîner aussi l’irritabilité, brusques changements d’humeur et fatigue. Les sucres libres sont rapidement absorbés par notre organisme et créent un sentiment d’euphorie. Comme il y en a trop dans le sang, le pancréas sécrète de l’insuline pour ramener le glucose sanguin à un taux acceptable. La glycémie chute alors drastiquement, entraînant la production d’hormones de stress comme l’adrénaline. Trop souvent sécrétée, celle-ci peut engendrer de l’anxiété et déclencher des crises de panique. Pour compenser, le corps envoie le signal au cerveau qu’il serait temps de manger quelque chose de sucré. On cherche alors à absorber de nouveau du sucre, et le cycle recommence.

En surconsommant le surcre, nous mettons en danger:

Le foie

Un surplus de sucre engorge le foie. La quantité qui n’est pas transformée en énergie par nos cellules s’accumule dans cet organe sous forme de triglycérides. L’amateur de sucre est susceptible de développer un «foie gras», c’est-à-dire une stéatose hépatique. Quelques semaines d’excès suffiraient à provoquer ce phénomène.

 Le pancréas

Une des fonctions du pancréas est de produire de l’insuline pour métaboliser les glucides. Une surcharge de sucre le dérègle. Et quand l’insuline ne gère plus adéquatement le glucose sanguin, le diabète de type 2 fait son apparition.

Les intestins

Le sucre gave des bactéries qui créent de l’inflammation dans l’intestin, ce qui favorise la résistance à l’insuline et peut augmenter la prévalence d’affections inflammatoires comme la maladie de Crohn. Notre microbiote n’apprécie pas…

Réagir