Interpellation d’Abdoulaye Bah à Koundoura : le ministre Mory Condé donne sa version des faits

En partance pour Dakar avec son père malade, le dimanche 25 septembre 2022 à Koundara, Abdoulaye Bah, un des conseillers politiques de Cellou Dalein Diallo, a été retenu depuis 13 heures au poste de contrôle de Boundoufourdou à Koundara avant d’être autorisé de poursuivre son voyage.

Prenant la parole, Mory Condé, ministre de l’administration du territoire, a affirmé qu’il s’agissait d’un problème administratif qui n’a rien à voir avec une arrestation comme le disent certains.

Lisez

« C’est regrettable que des personnalités au sein d’une formation politique comme l’UFDG puisse se permettre de se prononcer sur un sujet dont il n’a pas la maîtrise. En l’écoutant même on sent qu’il n’a aucune maîtrise de cette situation. Monsieur Abdoulaye Bah citoyen guinéen se rendait à Dakar avec son papa malade, à bord d’un véhicule immatriculé R-C. Pour se rendre dans un pays de la CEDEAO, si vous avez un véhicule immatriculé RC de Guinée, MD du Mali, ou encore du Sénégal le principe de circulation recommande que le citoyen soit muni d’un laissez-passer délivré par la Douane. Il y a une tarification douanière et des recettes prélevées au niveau des douanes de chaque pays membres de la CEDEAO sous forme de contribution. Mais monsieur Abdoulaye Bah est arrivé au poste de Bhoundoufourdou avec un laissez-passer délivré par la police régionale de Kindia. Lorsqu’il est arrivé, le papa étant malade, il a 81 ans, les agents se sont passés de bien vérifier toute la documentation. Un agent de la police a demandé à revoir toute la documentation cela a énervé Abdoulaye Bah. Finalement, l’agent a trouvé que le doute qu’il avait était fondé. Il a demandé ainsi au chauffeur de retourner et s’assoir. De discussions en discussions, Abdoulaye Bah ne voulait pas se soumettre, l’agent lui a fait remarquer que le document qu’il dispose n’est pas en règle, il lui a demandé de retourner, Abdoulaye Bah est resté en attente, en attendant l’arrivée du chef. Le commissaire de la police frontière étant arrivé il a demandé à Abdoulaye Bah de retourner à Koundara pour se munir d’un laissez-passer de la douane pour pouvoir revenir et partir à Dakar. Abdoulaye Bah est revenu à Koundara, j’ai appelé le préfet de Koundara pour lui dire que Abdoulaye Bah n’est pas recherché par la police, j’ai mis Abdoulaye Bah au téléphone et un cadre de l’UFDG en conférence, il a dit qu’il pensait qu’on veut l’arrêter. Je lui ai répondu que nous sommes des citoyens guinéens on n’a pas besoin d’attiser la tension entre le gouvernement et les citoyens. Abdoulaye Bah a dit qu’il n’est pas arrêté, mais qu’on l’a fait assoir pour attendre. Je lui ai dit que c’est un problème administratif qui n’a rien à voir avec l’arrestation de votre personne. Il a dit qu’il a compris, le responsable de l’UFDG était au téléphone, il a suivi notre conversation. J’ai demandé au préfet d’assister Abdoulaye Bah pour qu’il puisse avoir le laissez-passer et avant la nuit vu que le papa est souffrant. Le préfet les a hébergés jusqu’à ce matin, ils sont partis et Abdoulaye Bah m’a appelé pour me présenter des excuses. Donc les partis politiques doivent veiller sur l’éthique » explique Mory Condé chez FIM fm. 

Réagir