Le pouvoir, le péché et la malédiction

Le bon sens suffit pour comprendre certaines lois de la nature comme celle qui démontre qu’au-delà du sommet n’existe pas. Cela voudrait dire que lorsqu’on atteint le maximum de son ascension (la borne infranchissable), on doit penser au temps qu’on y mettra et surtout la manière par laquelle on redescend.

C’est à ce niveau se trouve la différence entre la descente et la chute. La première est volontaire, planifiée et respectable, tandis que la seconde est obligatoire, humiliante, surprenante et brutale.

Il se dit que dans la plupart des cas, la manière de finir sa vie résume la façon dont on l’a réellement vécu. Il existe tellement d’exemples, qu’on a l’impression que Dieu nous enseigne chaque seconde sur les conséquences de nos actes pour nous convaincre de bien réfléchir avant de les poser.

En effet, le pouvoir politique a toujours tendance à faire oublier à ses détenteurs qu’ils sont mortels, donc faillibles. Cela s’illustre par le fait qu’ils fassent du tort aux innocents en les privant de la jouissance des ressources publiques en plus de la confiscation de leurs droits et libertés. Pire, certains ne s’empêchent pas de tuer et se moquer de leurs victimes par des attitudes inhumaines.

Mais à la fin de tout, Dieu, l’incarnation de la patience et de la justesse, leur rappelle qu’il est le seul puissant et éternel. Malgré leur accumulation de privilèges et d’influence, il en fait des moins que rien.

En dépit de cette logique constante, certains marcheront toujours sur les mauvais pas de leurs prédécesseurs sans en tirer les leçons. Comme quoi, il faut du tout pour faire le monde. Libre à chacun de choisir son chemin et certainement sa finalité car l’essentiel n’est pas de disposer d’un pouvoir; c’est plutôt de savoir s’en servir humainement et le quitter avant qu’il ne vous quitte comme le disait un penseur.

Enfin, le pouvoir donne de l’influence et des privilèges à ses détenteurs, mais le péché et la malédiction empêchent d’en avoir les honneurs y afférents.

Aliou BAH

Model

Réagir