AFRIKENTREPRENEURS.COM
La Vraie Information, c'est ICI

Niger : le parti du président Bazoum s’oppose à une intervention militaire.

A lorsque la CEDEAO est toujours sur son ambition d’intervention militaire au Niger, pour dit-elle réinstaller le président Bazoum, sur son fauteuil présidentiel, son parti s’est dans une note publié ce vendredi 15 septembre 2023, opposé à une intervention militaire au Niger pour une quelconque motif, et exhorte ses militants à rester unis pour une sortie de crise dans le pays. 

« …Depuis le 26 juillet 2023, notre pays, le Niger, vit une situation extrêmement difficile et complexe. Pour y faire face, notre Parti, le PNDS-Tarayya, a organisé toute une série d’actions parmi lesquelles on peut citer, une déclaration du Parti, endossée par la MRN, le 26 juillet dans l’après-midi pour dénoncer la prise en otage du Président de la République Mohamed Bazoum et demander sa libération et sa réinstallation dans ses fonctions« . A déploré le parti le PNDS-Tarayya, du présidet déchu, avant d’jouter :

 » Une manifestation spontanée, dans l’après-midi même du 26, en direction de la Présidence, manifestation au cours de laquelle plusieurs blessés par balle ont été enregistrés, une déclaration de l’OFT le 27 au siège du Parti, au cours de laquelle le siège a été attaqué et brûlé, beaucoup de camarades ont été blessés et plus de 45 véhicules ont été vandalisés et brûlés ainsi que des marches, meetings et d’autres. Ces actions ont occasionné de nombreuses arrestations de responsables du Parti et des militants de base sur l’ensemble du territoire.  »

Et de faire savoir, les quelques demarches menées de part et d’autres pour la restauration du pouvoir du président Mohamed Bazoum

 » Le Présidium a entrepris des démarches en direction des Partis politiques de la majorité pour une coordination des actions, mais les résultats sont très mitigés avec la suspension des activités des Partis politiques et la répression multiforme qui s’est mise en place.

Sur le plan extérieur, la communauté internationale avec à sa tête la CEDEAO et l’UEMOA, a pris des mesures énergiques pour mettre fin à la tentative du coup d’état et ramener le Président Bazoum dans ses fonctions, y compris une menace d’intervention militaire. Cette dernière mesure a servi de prétexte et d’argument pour organiser un vaste mouvement national, notamment à Niamey, mais aussi une grande mobilisation dans les pays de la CEDEAO, et plus particulièrement au Nigéria, présenté comme une guerre que le Nigéria va entreprendre contre le Niger ».

A cet effet, a pousuivi la déclaration,  » toutes les organisations religieuses et politiques du Nord Nigéria sont mises à contribution. A l’intérieur du pays, tous les partis politiques se sont démarqués et notre Parti est apparu comme le seul qui la supporte et est marginalisé en conséquence. 

Et après plus d’un mois d’attente, à l’intérieur du Parti, des voix s’élèvent aussi pour que le Parti se démarque d’un soutien à une intervention armée, car non seulement le mouvement contre l’intervention armée semble être récupéré par certains partis de l’opposition qui voudraient en découdre définitivement avec notre Parti, mais aussi les conséquences de cette intervention pourraient être incommensurables pour les otages, la population et notre pays et pourraient s’étaler dans le temps. Au vu de cette situation, il est apparu nécessaire au Présidium d’entreprendre des discussions sur cette question, ce qui a été fait le 2 septembre et s’est poursuivi le 14 septembre. Une nette majorité s’est exprimée contre une intervention armée’’ rapporte t-il tout en réaffirmant les objectifs initialement définis, tout en mettant l’accent désormais sur l’importance à accorder au renforcement du Parti et sa démarcation de toute intervention militaire dans le cadre de la recherche de solutions de sortie de crise. 

Ainsi, la libération du Président Bazoum et de sa famille, séquestrés depuis le 26 juillet, et celles de tous les camarades arrêtés sur l’ensemble du territoire national, dont le Président du Comité Exécutif National, Foumakoye Gado reste l’une des plus grandes préoccupations du parti.

Aussi, le parti appelle au rétablissement du Président de la République dans ses fonctions et le rétablissement de l’ordre constitutionnel par tous les moyens non militaires ainsi qu’au renforcement de l’unité et de la discipline du Parti. 

Le Présidium du CEN, demande donc aux camarades de se concentrer sur ces objectifs, de mettre fin à tous les débats inutiles, qui ne font qu’affaiblir et diviser le Parti et diminuer sa capacité à nouer des accords et alliances avec les partenaires’’ indique la note du parti socialiste qui envisage pour sa part, de prendre toutes les initiatives, qu’il demande aux camarades de soutenir, pour permettre à notre Parti de sortir renforcé et aguerri de cette nouvelle épreuve que notre pays et notre parti traversent. »

DBZ/SML/ANP/074/Septembre 2023

Les commentaires sont fermés.