UGTG: Le Cas d’Aboubacar Sidiki Mara

Banniere CBG

‘’Aboubacar Sidiki Mara est un prisonnier du professeur Alpha Condé’’ dixit Me Paul Yomba Kourouma

Les avocats du syndicaliste Aboubacar Sidiki Maradénoncent les conditions d’arrestations de leurs clients.  Devant les journalistes ce jeudi 31 mai à la maison de la presse, les conférenciers ont passé en revue les circonstances dans lesquelles ce syndicaliste a été interpellé, arrêté puis incarcéré.

L’affaire dont il est question remonte selon maitre Paul Yomba il ya un peu plus de trois semaines, du coté de Boké. Tout a commencé quand le syndicaliste s’est rendu dans cette ville à la demande de ses syndiqués UMS pour régler une affaire relevant de ses compétences.

Selon les avocats, ce déplacement de monsieur Mara sur la ville minière de Boké s’est effectué dans les règles de l’art, il avait tous ses ordres de missions au completdument signés et avisés par les autorités. Arrivé à Boké il devait célébrer cette fête avec un groupe de travailleur sur un autre espace, c’est à la demande des autorités préfectorales que la célébration du 1er mai s’est tenue à la maison des jeunes de la préfecture à laquelle il a finalement pris part sur invitation.

Huit jours après, le secrétaire général de l’union général des travailleurs de Guinée reçoit une visite surprise des hommes en tenue dans son hôtel lui intimant de sortir mani militari. Un ordre exécuté par les subordonnés accompagné par le gouverneur de la région Siba Lohalamou sur instruction du chef de l’Etat, lequel a réitéré lors d’une rencontre à Conakry avoir donné instructions afin qu’on arrête un syndicaliste à Boké déclarent les conférenciers.

Mais poursuit maitre Yomba, cet enlèvement ne restera pas impuni ces personnes répondront devant la justice. Au-delà de cette injustice il ya aussi l’entrave à la libertésyndicale. Mara est accusé par les autorités de trouble à l’ordre public, de quel ordre public s’agit-il ? S’interrogeles avocats.  

‘’Nous estimons que monsieur Mara est en détention arbitraire’’ il est accusé huit jours après d’avoir troublé l’ordre public sans convocation, il a été arraché dans sa chambre d’hôtel nuitamment. Il croupit actuellement injustement dans les cellules en attendant son procès. Notre client est en danger par ce qu’il a échappé de justesse à un assassinat contre sa personne.

Ces avocats ont promis de saisir la cour de justice de la CEDEAO, car toutes les voies légales en Guinée étant épuisées. Nous espérons qu’il sera libre de ses mouvements dans les heures qui suivent ont conclut les défenseurs des Droits de l’Homme.

                                                                                          MLYansané

Réagir