Guinée: Symposium ce jeudi à la mémoire du journaliste Abdoulaye Bah

Banniere CBG

Décédé dans la nuit du dimanche 18 juin à l’hôpital-sino guinéen, la dépouille de feu Abdoulaye Bah désormais ancien journaliste de guinéenews a été exposée ce jeudi 21 juin dans la salle des congrès du palais du peuple.

Mort des suites d’un accident de la circulation sur un terrain de reportage, notre confrère rejoindra sa dernière demeure ce vendredi après la prière de 14 heures à Dinguiraye sa ville natale.

A l’occasion de cette cérémonie d’hommage, plusieurs membres du gouvernement, Hommes de médias acteurs politiques, la société civile, parents, amis et connaissances de l’illustre disparu se sont massivement rendus au palais du peuple pour dire au revoir et à jamais à celui qu’on surnommait le Boeing de guinéenews.

Pour la circonstance, plusieurs discours ont été prononcés. Chacun voulant magnifier la bravoure, le professionnalisme et la qualité sociale irréprochable de l’homme. Sa disparition dans des conditions déplorables a mise en branle toute l’opinion même l’État au plus haut niveau s’est rendu à son chevet quelques heures avant sa mort.

Dans la profession, l’homme s’est illustré par la qualité de ses écrits, par son œil de lynx et son esprit de fouineur, bref Abdoulaye Bah était sans façon. Il était sur tous les terrains et il a consacré toute sa vie des dix dernières années à l’exercice du métier de journaliste. Des dizaines de témoignages au palais du peuple en sont des preuves palpables.

« Toi que j’appelais affectueusement parfois koto ou grand frère, tu nous quitte. Nous continuerons à prier pour le repos de ton âme. Tu as été longtemps ma référence en termes de source d’information et même de source d’inspiration sur plusieurs sujets. Chaque matin, je me faisais le devoir d’ouvrir la page de votre site et d’y rechercher certains de tes écrits avant notre conseil de rédaction. Toutes les fois que j’étais interrogé sur un sujet surtout en période électorale, je consultais tout de suite votre site pour voir qu’est ce que Abdoulaye a écris. Koto, repose en paix tu n’a pas vécu pour  rien ».

 

Réagir