Guinée : Tout médicament est un poison potentiel prévient honorable Ben Youssouf Kéita

Banniere CBG

Au cours de la session des lois d’avril dernier, le parlement a doté le pays d’une loi portant règlementation de la profession de pharmacien. Cette activité exercée de nos jours par bon nombre de citoyen sans contrôle est pourtant très sensible et stratégique indiquent les professionnels. Comme le souligne l’organisation mondiale de la santé OMS, la santé doit être la priorité de tout pays qui souhaite avoir un développement harmonieux. Pour savoir les véritables enjeux de cette nouvelle loi, nous avons rencontré le professeur Ben Youssouf Kéita, médecin député à l’Assemblée nationale, en même temps président de la commission santé voici ce qu’il a dit à cet effet.

A l’entame notre interlocuteur a commencé par dire, ‘’ Tout médicament est un poison potentiel, raison pour laquelle il est formellement interdit de laisser les médicaments à la portée des enfants’’. N’est pas pharmacien qui le veut, car ce métier est une science exacte, on peut être médecin, laborantin sans en avoir la compétence vous vous trompez un autre vous rectifiera, mais quand le pharmacien se trompe c’est la catastrophe argumente-il.

Pour l’examen de cette loi nous avons bénéficié du soutien de plusieurs députés experts du domaine de santé et même de la pharmacie. Ce que déplore le médecin, ‘’Mon cher journaliste autour de nous il y a à peine trois grossistes par pays, pour le cas du Sénégal il n’y a que deux grossistes, mais la Guinée avec 12 millions de citoyens nous avons plus de 150 grossistes’’.

Cela ouvre la boite à pandore, non seulement ça tue l’exercice de la pharmacie privée mais aussi cet état de fait expose les populations guinéennes aux produits contrefaits. Ils sont nombreux dans nos hôpitaux beaucoup de nos parents qui souffrent des conséquences de ces produits contrefaits. Par ce que tout médicament que vous prenez modifie votre système sanguin.

’Normalement la vie d’un homme doit aller jusqu‘a cent ans, mais en Guinée nous avons à peine 60 par ce que tout simplement quand le médecin prescrit un produit au lieu d’acheter dans les pharmacies nos concitoyens vont dans les conteneurs surchauffés, ou avec les étalagistes et malheureusement c’est la vie qui paye les frais’’.

MLYansané

Réagir