Guinée/Dépossédé de sa bourse d’étude pour le Maroc, Aboubacar Guirassy accuse le service examen.

Banniere CBG

C’est une scène incroyable qui vient de se passer au service d’examen. Le 2ème de la République, au Bac session 2018, option sciences sociales s’est vu injustement remplacé sur la liste des boursiers d’Etat pour le Maroc.

Selon des sources proches de la famille d’Aboubacar Guirassy, puisque c’est de lui qu’il s’agit, il a été dépossédé de sa bourse d’étude au profit du fils d’un haut commis de l’Etat sous la complicité de certains cadres du département de l’enseignement supérieur.

« Le mercredi nuit, mon frère Abdoul Gadiry Guirassy qui a été 13èm de la république, m’a appelé pour me dire que la liste vient de sortir, qu’il a vu son nom mais il n’a pas vu mon nom. Je lui ai dit, non, je ne peux pas croire. Pour moi, c’était une blague, il a sorti la liste, j’ai regardé, ensuite j’ai dit non, ce n’est pas vrai ce que j’ai vu. Ma grande sœur aussi m’a appelé pour me dire j’ai vu la liste mais ton nom n’y figure pas. Elle m’a conseillée de ne pas m’évanouir, et de ne pas me faire de soucis », a expliqué Aboubacar Guirassy chez nos confrères de l’émission les ‘’Grandes Gueules’’.

Plus loin, le jeune avec une voix en détresse pointe du doigt le service examen avant de demander la restitution de sa bourse.

« Je suis passé au service examen pour rencontre Kourouma qui est Directeur Adjoint, je lui ai expliqué mon problème, il m’a dit que c’est incroyable. Il m’a envoyé chez son informaticien, il n’y était pas et son informaticien me dit que son ordinateur est codé, il ne peut pas l’ouvrir. L’année n’a pas été du tout facile, poursuit-il , on a bossé durant 9 mois. On est venu à l’école de 8 heures à 18 heures malgré les troubles. Je suis vraiment déçu qu’on puisse me remplacer par un autre qui ne le mérite pas. Je rêvais de faire des hautes études, mais ce n’est pas le cas. Ce que je demande au service examen, c’est de me restituer ma bourse », lance t-il.

Il est à noter que ces genres de pratiques sont récurrentes en Guinée et à chaque année. Plusieurs lauréats au bac sont souvent victimes de cette situation. Il est donc temps pour les autorités non seulement de restituer la bourse du jeune Aboubacar Guirassy mais sanctionner les auteurs de ces pratiques.

Affaire à suivre

Réagir