Guinée: l’OGDH invite les frondeurs à revoir leur copie et soutient Kèlèfa Sall

Banniere CBG

L’organisation guinéenne de défense des Droits de l’Homme regrette l’attitude des 8 frondeurs de la cour constitutionnelle. L’OGDH apporte son soutien à Kèlèfa Sall et invite les conseillers à revoir leur copie de destitution. Elle s’est prononcée ce lundi 17 septembre 2018 à Coléah au cours d’une conférence de presse. Autour de la table des avocats et autres défenseurs des Droits de l’Homme.

Cette affaire de supposée destitution du président de la cour constitutionnelle domine l’actualité en Guinée depuis dix jours.    Selon l’OGDH, la motion de destitution signée par les huit conseillers de la cour constitutionnelle est de nul effet. Pire, l’arrêt incriminé ne comporte aucune signature du greffier. Chose contraire à la réalité du droit guinéen.

Maitre Frédéric Foromo Loua, président d’ONG de défense des droits de l’Homme en même temps avocat à la cour note que cette motion n’est qu’un simple procès verbal ‘’ La loi est bien claire en la matière pour ceux qui ont vu cette supposée motion elle n’est pas signé par le greffier on nous fait croire qu’il n’était pas mais c’est trop léger pour distraire les guinéens’’.

Dans une déclaration, l’OGDH estime que toute décision ou acte tendant à fragiliser la cour constitutionnelle constitue un péril pour la Démocratie en Guinée. ‘’ On peut bien destituer un membre de cette cour pour des motifs qui sont prévus par la loi mais il faudrait bien respecter la procédure. Les membres de la cour constitutionnelle sont jugés par la cour suprême si on se le permet ça dévient un antécédent et cela ouvrirait la porte à d’autres destitution’’ a précisé Maitre Hamidou Barry avocat et membre de l’ONG.

Dans la même déclaration, l’OGDH invite enfin les membres de la cour au respect de la constitution et tous les textes législatifs et règlementaire régissant leur institution. A l’ensemble de la société civile, à mener des actions pour le respect strict de la constitution et des lois de la République.

MLYansané

Réagir