Affaire massacre 28 septembre : La coalition guinéenne de la CPI demande l’indemnisation des victimes

Banniere CBG

A quelques jours de la commémoration de la neuvième (9ème) année du massacre du 28 septembre  2009, la coalition guinéenne de la Cour pénale internationale (CG-CPI) demandedans un plaidoyer, l’indemnisation des victimes avant la tenue du procès.

C’était au cours d’une conférence de presse qu’elle a organisée à la maison commune des journalistes le lundi 24 Septembre.

Les responsables de cette ONG de défense des droits de l’Homme ont déploré la situation dans laquelle se trouvent les victimes depuis l’ouverture des enquêtes en février 2010 devant les juridictions guinéennes. Selon eux, la liste des victimes décédées s’allonge alors que l’organisation du procès tarde à avoir lieu. D’ailleurs ont-t-ils regretté, d’autres  victimes sont malades et vivent dans la précarité la plus absolue. Il en est ainsi des femmes répudiées par leur mari et celles atteintes du V.I.H SIDA, suite aux viols dont elles ont été victimes. A cela s’ajoute, la situation des enfants orphelins qui sont victimes de déscolarisation.

C’est pourquoi dans son discours, Me Hamidou Barry, président du bureau exécutif national de la Coalition guinéenne pour la Cour pénale internationale, dit n’avoir pas compris comment l’Etat peut-il indemniser certaines victimes en laissant d’autres. Car, à l’en croire, les trois anciens premiers ministres ont reçu chacun 2. 000. 000.000 FG (deux milliards francs guinéens) soit au total 6.000.000.000 FG (six milliards francs guinéens) à titre d’indemnité provisoire qu’ils ont subis lors des massacres du 28 septembre 2009.

« Nous démenons la main aux autorités guinéennes afin que ces victimes soient provisoirement indemnisées d’ici la tenue du procès. Cette indemnisation va permettre à ces victimes de se faire soigner. Car, plusieurs d’entre elles souffrent des séquelles de ces massacres »a indiqué le président de la Coalition guinéenne pour la CPI.

Dans un rapport, la coalition guinéenne de la CPI note que parmi plus de 1000 victimes que seules 400 personnes ont été auditionnées à date d’aujourd’hui.

A rappeler que les événements du 28 septembre  au stade du même nom à Conakry 2009 ont tourné au massacre de plus de 150 personnes qui protestaient contre la candidature de l’ex chef de la junte militaire Moussa Dadis Camara.

Thierno Amadou Oury BALDE

 

Réagir