Guinée : Le Comité d’observation de l’accord du 12 octobre interpelle le gouvernement et les politiques  

Banniere CBG

Dans une déclaration parvenue aux médias le jeudi, 25 octobre 2018, le comité des observateurs internationaux de l’accord politique du 12 octobre interpelle le gouvernement guinéen sur la crise politique que traverse la Guinée.

Insistant sur les incidents survenus mardi 23  octobre dernier à Conakry lors de la dernière marche de l’opposition république, il appelle à la « transparence sur les graves incidents, à l’apaisement et au retour au calme ».

 « Les observateurs internationaux engagés au sein du Comité de suivi de l’Accord du 12 octobre 2016, préoccupés par la dégradation de la situation socio-politique actuelle et les récents incidents survenus le 23 octobre et, soucieux de préserver la paix, les principes de l’Etat de droit, le respect des Droits de l’Homme, conditions de réalisation des ambitions de développement économique et d’émergence de la Guinée, appellent à la transparence sur les graves incidents survenus mardi 23 octobre et demandent à ce que l’enquête diligentée par le Procureur Général de la Cour d’Appel soit rapidement menée et puisse faire toute la lumière sur la réalité des faits », peut-on lire dans la déclaration.

Puisse que ce n’est pas tout, les observateurs internationaux invitent par la même occasion l’arène politique nationale à « la modération des propos des acteurs politiques afin de ne pas attiser des tensions qui pourraient avoir de graves conséquences pour le pays et à l’apaisement et au retour au calme ». Ils exhortent l’ensemble des acteurs politiques guinéens à privilégier la négociation, le dialogue et le respect des accords afin que les échéances électorales prochaines puissent se tenir dans des conditions plus favorables, de sérénité et de confiance.

« Les observateurs internationaux engagés au sein du Comité de suivi réitèrent leur disponibilité à poursuivre leurs efforts de soutien à toutes les initiatives de recherche de solutions non-violentes et mutuellement acceptables », a rassuré le comité d’observation de l’accord politique.

Thierno Amadou Oury BALDE

 

Réagir