Guinée : la HAC se montre préoccupée par la crise sociopolitique !

Banniere CBG

La crise s’enlise et le gouvernement s’entête.

Pendant que l’opposition et les enseignants grévistes durcissent le ton, l’Etat envisage la restauration de son autorité avec le déploiement des forces mixtes sur le long des routes.  

Avec les inquiétudes qui planent, la HAC, Haute Autorité de la Communication a initiée une rencontre  avec les hommes politiques, les activistes de la société civile et responsables syndicaux, ce jeudi 22 Novembre 2018.

Dans son allocution de circonstance, la présidente de la HAC n’a pas manquée de déplorer certains propos tenus par voie de presse et qui seraient de nature à porter atteinte à la paix et la quietude sociale.

« Nous avons tenu à organiser cette rencontre, compte tenu de la situation socio-politique qui prévaut dans le pays, depuis plusieurs semaines. Que ce soit au niveau des partis politiques, de la société civile ou le syndicat, il faut reconnaître que les discours se durcissent. Malheureusement, ces discours sont relayés par des médias qui ne font pas preuve de responsabilité », a déclaré Martine Condé.

De son côté, Faya François Brouno, directeur de la communication du PEDN, a insisté sur la nécessité de la cohésion sociale : « Nous avons déjà un certain nombre de textes de lois qui encadrent l’exercice du métier de journaliste. Nous avons également tout un cadre de lois organiques, qui définissent certaines modalités de formations politiques. Nous devons tous œuvrer pour le respect des lois et de la paix dans ce pays ».

A signaler que l’UFDG de Cellou Dalein Diallo et le SLECG d’Aboubacar Soumah ont brillé par leur absence lors de cette rencontre.

 

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir