Guinée: Madame kansagnel à ses collègues enseignantes nous devons nous lever pour dire à kassory fofana que nos enfants doivent être à l’école et non dans les rues

Banniere CBG
Elles étaient nombreuses ce jeudi 06 décembre à l’assemblée générale de ladite réunion, ses femmes enseignantes déterminées plus que jamais s’engagent dans le combat pour soutenir leur secrétaire général Aboubacar soumah qui est déjà prêt pour pousser la grève si toute fois le gouvernement continue le gel des salaires et qu’il refuse de leurs appeler à la table des négociations sur les 8 millions qu’il demande comme salaire de base.

A cette assemblée générale,les femmes issues des rangs du SLECG ont battu le rappel de leurs troupes.  Adama kanssagnel porte parole des femmes du syndicat libre des enseignants et chercheurs de guinée ( Slecg ), à appelé ce jeudi à  une protestation devant le palais présidentiel pour se faire entendre.

Selon cette enseignantes, « toutes les charges reposent sur les femmes dans les familles. Nous luttons donc que nos conditions de vie changent. Cette lutte ne se fera pas sous les oreillers dans les maisons. Nous devons partir à l’affront avec le gouvernement.
Nous devons nous lever pour dire à kassory fofana que nos enfants doivent être à l’école et non dans les rues. Parce que nous n’avons pas mis des enfants au monde pour qu’il soient dans la rue. Nous les avons mis au monde pour que nous ayons de digne héritiers et élites » , ajoute cette d’âme qui appelle à une mobilisation.
Soyons prêtes à tout, on nous à intimidés, arrêtés, bastonnés, condamnés. Prenons le chemin de sekhoutouryah pour qu’ils nous disent ce qu’ils comptent faire pour nos enfants. Tout en  demandant aux autres enseignantes de ne pas courber l’échine.

 

Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir