Éducation quand cellou dalein diallo est fatigué de cette crise, il dénonce l’arrogance du premier ministre dans la presse

Banniere CBG

Au cours d’une assemblée générale de ce samedi 08 décembre 2018 organisée à son siège, le principal adversaire du pouvoir en place, Cellou Dalein Diallo a exprimé son  inquiétude face à ce bras de fer qui s’étale entre le gouvernement et le syndicat des enseignants depuis le 03 février dernier. Cellou dalein quant à lui a dénoncé l’arrogance de kassory fofana dans la presse.

« Aujourd’hui, nous sommes tous peinés, nos enfants ne vont pas à l’école. On risque d’avoir une année blanche on ne peut évalué le coût d’une année blanche. Les enfants ne vont pas à l’école, nous sommes en fin décembre bientôt si le trimestre est consommé selon les normes internationales, on doit décréter l’année blanche, c’est triste pour notre pays » , déplore le numéro 1 de l’union des forces démocratiques de Guinée.
« Notre système éducatif est malade  par les infrastructures, la qualité de l’enseignement, le niveau de maîtres. Nous avons beaucoup de défis à relever pour faire de notre système éducatif, un système éducatif performant(…) » ajoute cellou.
Plus loin, il rappelle l’échec qui avait couronné les examens nationaux dernière.
« On n’a pas cherché de solution. L’arrogan du premier ministre dans la presse, en disant, on ne négocie pas, non. Non celui qui est en charge de l’éducation de tes enfants, tu lui dis viens, on va négocier parce-que je ne veux pas que mes enfants soient dans la rue. Voilà ce que je peux faire, voilà ce que je ne peux pas faire. On doit sensibiliser et obtenir le retour des enfants à l’école. Mais, le gouvernement est arrogant, il à frustré le SLECG par ses propos, par ses attitudes » , martèle le chef de file de l’opposition.
 « Celui à qui vous avez confié l’éducation de vos enfants, vous devriez l’écouter, le convaincre, le sensibiliser parce qu’on ne peut pas sacrifier  l’éducation de nos enfants. Mais ils ont choisi l’arrogance, la répression. Et voilà qu’on court vers une année blanche pour les jeunes de Guinée, c’est inacceptable », fustige l’ancien ministre du régime conté.
« Alors ils sont en train d’accumuler des fortunes par la corruption(…), l’école publique est sacrifiée. Et les parents d’élèves n’ont aucun recours c’est triste pour notre pays, et c’est une manifestation pour la mauvaise gouvernance(…) », lâche le vice président de l’international libéral.
Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir