Guinée: <> déplore Aboubacar Soumah

Banniere CBG

La manifestation pacifique projetée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) ce lundi 24 décembre sur l’autoroute Fidel castro a finalement eu lieu.  Il était 10heures quand les marcheurs ont commencé leurs slogans ‘’ Kassory zéro. Kassory voleur. Nos enfants à l’école. Ou on pouvait lire encore dans les pancartes a bas les voleurs. Dégeler nos salaire.’’

pneus brûler, voiture arrêtées, slogan hostile au premier ministre. C’est par ces mots scandés que les manifestants ont pavés la route jusqu’au pond de Gbessia Kondebougni ou trois pick-ups étaient installés sous le pond pour les empêcher de continuer.
A leurs arrivées, les gendarmes ont tirer de gaz l’acronyme pour disperser les disperser. Lors de la dispersion des syndicalistes, un magbana venait dernière un Mick-up. Carama Mohamed Lamine blessé au pied droit acquise le chauffeur d’être à la base de sa blessure: <<J’ai dit au chauffeur d’attendre, il y a une bagarre ici. Il dit non allons y. Donc le pick-up nous a coincé. Donc je peux acquiser le chauffeur. Parce qu’il était derrière le pick-up. Il est venu cogner le pick-up. On m’a blessé au pied ici>> a-t-il expliqué.
Après 10minutes de la reprise de la circulation, les grévistes ne décolèrent pas. Ils se sont remobiliser encore pour brûler des pneus. Les agents de maintien d’ordre viennent encore Pour les disperser. Après le retour à leur siège, c’est le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah qui a prit à la parole et promet d’aller jusqu’au bout. <<Face à ces différentes violations des lois de notre pays, la constitution de notre pays, de liberté, les droits syndicaux de notre pays par le premier ministre, nous avons prouver aujourd’hui à l’opinion national et international que nous en avons marre de toute ses bavures, et violations. Et nous allons continuer à manifester au temps que faire se pourra jusqu’à ce que nos revendications aboutissent. Nous allons montrer que le patrimoine qui est là est un patrimoine commun qui appartient à tous les citoyens et non à un gouvernement, et non à un premier ministre. Un gouvernement qui est issus d’une démocratie doit être au service de son peuple. Mais nous avons un gouvernement qui n’est pas au service de son peuple. Qui n’écoute pas le peuple. Donc nous, nous allons montrer que les valeurs démocratiques, les principes et les valeurs qui régissent la démocratie sont violées en Guinée. Et nous, nous ne baisseront pas les bras devant cette violation>> promet le S/G du SLECG avant d’ajouter ceci:  << C’est pour cela que nous avons demander le départ du premier ministre. Et nous allons continuer les manifestations jusqu’à son départ définitif. Et tant que nos droits ne sont pas restaurer, tant que les libertés continuent à être violées, tant que les 8 millions que nous avons demander, une proposition concrète n’est pas faite par le gouvernement, nous continuerons la grève jusqu’au bout>>> a précisé Aboubacar Soumah.
A en encore réitéré le meneur de la grève, aucun gréviste n’a été arrêté ou blessé pendant cette marche.
                       
Tidiane Diallo
Réagir