Guinée/les pharmacies par terre: que disent les vendeurs et acheteurs pour se justifier ?

Banniere CBG

La vente illicites des produits pharmaceutiques est une activité prisée par beaucoup de personnes.Dans la capitale guinéenne les pharmacies par terre inondent les rues et les marchés de Conakry.Convoité par une frange importante de la population,ces médicaments ne sont pourtant pas sans danger pour la santé publique.

Ces médicaments sont présenté sous forme de molécules de toutes espèce qui ne remplissent pas les principes élémentaires en matière d’hygiène et de conservation,d’origines douteuses, pour la plupart dangereux car contre-faits ou périmés ces produits trouvent facilement d’acheteurs parce qu’elles sont vendues à un prix accessible aux pauvres citoyens.

Le Vendredi 14 décembre dernier la gendarmerie nationale en collaboration avec le ministère de la santé à lancé les activités de la Brigade spéciale MEDICRIME,cette Brigade à pour mission de lutter contre la vente illicite des faux produits médicaux.
Amadou Oury Diallo jeune analphabète vendeur de médicaments au marché de Madina dit ne pas être au courant de la décision et énumère les raisons qui lui poussent à revendre les médicaments.

« Si le gouvernement décide de fermer nos boutiques c’est leur droit.Moi je suis dans la vente là depuis 2013 avant j’avais une petite charrette où j’avais mis mes médicaments je me promenais dans le marché de Taouyah, les gens achètent beaucoup et maintenant j’ai ouvert ce centenaire là tout ce qui se trouve à la pharmacie se trouve avec moi ici,les gens viennent acheté et sont content. Jamais personne n’est venu se plaindre chez moi à cause de mes médicaments » indique t-il

Il n’est pas le seul revendeur,le long de la route qui mène sur le pont de Madina des conteneurs remplis de médicaments sont installés çà et là.
Ce jeune qui a préféré garder l’anonymat et aussi dans ce busnness de pharmacie par terre.

« Je revends les médicaments depuis plusieurs années et cela marche bien,vous avez dis que la Brigade MEDICRIME a été créer pour lutter contre nous les vendeurs de médicaments mais à mon avis nous ne faisons aucun mal comme l’a dit mon frère aucune personne n’est venue se plaindre chez nous ici.Aulieu de lutter contre nous ils n’ont qu’à lutter contre la pauvreté. » a martelé le jeune revendeur de médicaments à Madina

Aujourd’hui, le succès de ce commerce illégal a des raisons évidentes.Se soigner est devenu une charge difficilement supportable par beaucoup de ménages dont le revenu mensuel est souvent en deçà du coût moyen d’une ordonnance.
Mr Ousmane Traoré est conscient du danger de la consommation de ces produits mais trouve les prix abordables c’est pourquoi il s’y adonne.

 » Oui je sais que c’est produits sont nefastent pour la santé mais que faire quand on a une ordonnance qui coûtent plus de 700.000fg? Ici le prix est abordable par rapport à la pharmacie,je suis diplômé en génie informatique il y’a deux je ne trouve toujours pas de boulot je suis marié père de deux enfants.C’est bien beau de mettre en place des brigades qui luttent contre la vente des médicaments illicites mais à mon avis il faut endiguer la misère d’abord parceque c’est elle qui est à la base de tout ceux ci » affirme Mr Traoré rencontré à Madina

Kader Bamba jeune citoyen est contre la vente illicites des produits pharmaceutiques et trouve que la décision de la gendarmerie est saluée.

 » Vous même vous voyez il y’a au moins 5 Boutiques de vente de soit disant médicaments ici, je suis contre cette vente mais on est en Guinée tout est possible. C’est pourquoi les gens meurent facilement dans ce pays.Quand ma femme,les enfants et moi tombons malade, je pars à la pharmacie quoi que ça me coûte. Il faut que le gouvernement lutte non seulement contre ce phénomène mais qu’il aide les gens à avoir les meilleurs conditions de vie parceque c’est la misère qui cause tout cela  » lance le jeune Kader Bamba.

 

Salima Première Diallo

Réagir