Guinée: L’ustg soutien le SLECG

Banniere CBG

Après les échanges fructifier qui ont duré plus de deux heure entre le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et l’Union Syndicale de Travailleurs de Guinée (USTG). Les deux parties sont convenues de faire une union. Selon le secrétaire général de l’ustg, après les menaces de radiation de tout enseignant qui ne rejoigne pas les salles classes d’ici fin décembre par le premier ministre: <<Nous venons d’avoir des échanges avec la base, en appréciant les conséquences du gèle de salaire en violation de lois de la République et les perspectives de radiation des professeur qualifié, Compétant pour assurer la formation de nos enfants, l’avenir de notre pays. Nous disons ici a la face du monde et prenant en compte l’appel que nous avons lancer aux institutions nationales et internationales, l’appel que nous avons lancer à la population guinéenne aux responsables à tous les niveaux de faire en sorte que nous soyons autour de la table. Qui par le dialogue solutionner la crise dans le système éducatif guinéens >>

Nous avons fixer un délai pour réagir fortement. Mais

Cette centrale syndicale qui avait fixé un délai pour réagir fortement fasse a cette indifférence du gouvernement continue a insisté : <<ce délai peut-être raccourci. Dès l’instant que des actes contraires à nos lois dès actes de radiations seront posés tout le mouvement syndicale ou toutes les fédérations composantes de l’USTG seront debout pour dire non à ces actes. Ça peut-être dans 24h, ça peut-être dans 48h comme dans 72h. Nous sommes debout et nous sommes prés à réagir à tout acte en violation de nos lois, a tout acte contraire au dialogue et à la liberté syndicale. Donc nous sommes prés, déterminer à réagir dès l’instant qu’il y aura quelques chose. Nous l’accepteront jamais.>> prévient Abdoulaye Sow.
Le secrétaire général de l’ustg souhaite que les enfants guinéens soient comparables à tout autre enfant  de la sous région <<Que les cours reprennent dans nos écoles. Que nos enfants bénéficient d’une bonne formation pour que les évaluations en fin d’année soient. Qu’ils soient comme les sénégalais, comme les ivoireins, les burkinabé, comme les autres. Nous voulons que nos enfants soient bien former >>  a-t-il indiqué
L’USTG appelle les institutions, le peuple de Guinée pour la compréhension du gouvernement pour que les négociations autour de la table reprennent sans des conditions préalables pour trouver une solution idoine
                   
Amadou Tidiane Diallo pour oceanguinee 
Réagir