Pourquoi le MATD a-t-il refusé un agrément au parti MoDel ? Bouréma Condé botte ‘’ennuyeusement’’ en touche

Banniere CBG

Le lundi dernier, le parti MoDeL dirigé par le jeune Aliou Bah, ancien chargé de communication du Bloc Libéral (BL), a dénoncé ce qu’il a appelé le refus de lui délivrer son agrément. Un refus, dit-il, alors que son parti  a atteint les trois mois d’existence requis par la loi.

Interrogé sur cette question, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation est longuement revenu sur les procédures à suivre pour obtenir les agréments. C’était ce vendredi 11 janvier, alors qu’il passait dans l’émission les « Grandes gueules  » de la radio espace FM.

« Quand vous adressez une demande d’agrément, vous n’allez pas imposer qu’on vous le délivre aussitôt. Il y a tout un travail d’étude autour de votre agrément. Il y a la direction nationale des affaires politiques en Guinée qui étudie la demande que vous avez formulée pour voir si vous êtes un bon demandeur d’agrément. Si vous y répondez, on vous la donne. Beaucoup envoient des demandes d’agrément, et quand la direction nationale des affaires politiques les passe au tamis, il relève tant d’incorrections ou de faits qui ne cadrent pas avec l’acquisition d’un agrément. Donc, la demande peut vous être retournée trois ou quatre fois. » A expliqué le ministre qui va jusqu’à se plaindre du nombre élevé de demandes d’agrément.

« Pratiquement, sur trois dossiers que je signe, les deux sont des demandes d’agrément. Or, un agrément, c’est toujours dans un domaine d’intervention précis. Je les envoie d’abord chez le service dépositaire de l’étude des agréments. Ils font leur examen et ils me les ramènent. Ensuite, je m’adresse au département avec lequel cet agrément doit travailler. Quelqu’un qui dit : ‘’je vais travailler dans l’environnement, il faut que le ministre en charge de l’environnement se prononce sur la comptabilité des objectifs dégagés dans la demande d’agrément avec son département. Très souvent, des demandes reviennent de ces départements sectoriels avec une note ‘’non recevable’’. » A-t-il renchéri.

Enfin, le cas MoDel…

Parlant du cas du MoDeL, Bouréma Condé répond : « les affaires politiques. Le délai d’étude, c’est trois mois, mais si au bout des trois mois, votre demande n’a pas été reçue, donc vous êtes envoyé à mieux vous argumenter. » Lance le MATD.

Général Bouréma Condé jure qu’aucune demande d’agrément n’a été rejetée. « Nous, nous mettons toujours en instance, c’est-à-dire que nous sommes en train d’étudier. Au bout des trois mois, le demandeur est libre de venir dire : ‘’Monsieur, je n’ai pas reçu mon agrément depuis trois mois’’. Nous allons lui dire que nous n’avons pas fini ou alors et revenez plus tard. En tout cas, moi, quand je suis intéressé par un sujet, ça ne me fatigue pas de revenir chaque fois à la charge pour savoir la suite donnée à mon droit. J’ai trois mille à cinq mille demandes d’agrément, alors que ce n’est pas une machine qui les traite. Ce sont des cerveaux humains. » A rétorqué le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation

Tidiane Diallo

Réagir